Si vous faites une recherche google avec la simple phrase “formation de yoga”, l’un des premiers choix proposé sera “formation de yoga reconnue”.

J’ai déjà écrit plusieurs articles sur le sujet dans lesquels je prends vraiment position.

Les certificats de yoga

Certifié par Yoga Alliance

Le très bon site de Yoga Nova s’est aussi posé la question :

Que penser des Formations de Yoga et de Yoga Alliance

Un article très intéressant sur le sujet, que vous pouvez traduire directement : Yoga Alliance has received 7,445,600 USD.

Et pour terminer la polémique sur Yoga Alliance US, je vous invite à aller tout simplement sur leur page Facebook, où vous pouvez aller lire les “review et recommandations”.

Il existe aussi une page Facebook qui invite les gens à boycotter Yoga Alliance US.

Ce que je déplore c’est qu’en France, très peu, voir aucun professeur ou école, n’a encore osé en parler ouvertement. De manière générale, les écoles de yoga en France, les élèves de yoga, les étudiants, vantent les mérites de Yoga Alliance US, clament avoir été certifiés PAR Yoga Alliance US (alors que non, c’est l’école et les professeurs qui forment), quand d’autres mettent bien en avant que leur certificat, diplôme a été reconnu par ce prestigieux organisme (alors qu’en fait soyons clair, vous n’avez rien fait de vraiment glorifiant si ce n’est payer la cotisation…).

Je rêve d’un jour où les écoles telles que Gérard Arnaud, Sivananda etc., arrêteront de payer cet organisme qui n’apportent absolument rien à la valeur du papier remis en fin de cursus. J’avoue me sentir seule dans cette bataille…

Aussi il est à noter que l’existence de Yoga Alliance est assez récente (1999), et donc que dire des professeurs formés en amont quand cet organisme honorable à but non lucratif, n’existait pas…

Si vous recherchez une formation de yoga “reconnue” sachez que cela n’existe pas. Le Yoga n’étant pas une activité réglementée, elle ne rentre donc dans aucune case.

Les prises en charge

Pour être “data docké” ou faire bénéficier d’une prise en charge, il faut que le studio de yoga remplisse certaines conditions, l’une d’elle étant d’avoir une adresse fixe en France, voir un local, un bail commercial. Cela permet à l’élève de payer moins cher sa formation, pour autant cela ne veut pas dire que le certificat et/ou la formation sera meilleure qu’une autre ne proposant pas les prises en charge. Ici je parle de mon cas personnel, je ne vis pas en France, je loue des studios en fonction des lieux où j’enseigne.

Le coût des formations de yoga

Il n’y a pas de règle. Yoga Alliance a imposé un standard de 200 Heures. Si la formation coûte 2000€ et que vous avez effectivement 200 Heures de cours, alors le tarif horaire du ou des professeurs enseignants est de 10€/heure, ensuite s’ajoutera la TVA.

De manière générale dans une formation sur un mois les heures de cours reçus par les élèves sont de l’ordre de 180 heures pour 24 jours voir effectivement 200 Heures pour 4 semaines complètes. Le coût total peut effectivement sembler exorbitant, en revanche si vous le remettez au tarif horaire, c’est beaucoup moins cher qu’un cours pris dans n’importe quel studio de yoga. Ensuite les personnes qui vendent des formations de yoga à plus de 2500€, vous pouvez comprendre qu’ils vendent leur nom et leur expérience, plus le professeur sera connu, plus la formation sera chère.

Il existe des formations de l’ordre de 3000€ étalées sur deux années, mais pour lesquelles les élèves n’ont cours qu’un weekend par mois….. le reste du temps le travail se fait à domicile ou par eux mêmes. Mais psychologiquement parlant les élèves ont l’impression que la formation est moins chère et qu’ils auront appris plus car leur formation s’est étalée sur deux années…. je pense que ce format est à méditer. Je ne le critique pas, il me laisse juste songeuse quant à la quantité de travail fourni par l’équipe pédagogique.

Il n’y a donc pas de règle quant au coût d’une formation de yoga, tout dépendra de l’intervenant, de comment il sait se vendre et de la manière dont il proposera son programme.

Il y a des écoles qui vendent, leur programme par des phrases très belles genre “toi aussi tu veux devenir professeur de yoga, c’est possible”, ou encore vous proposent des packages tout inclus dans un lieu évidement paradisiaque avec de la nourriture exotique pour un prix d’ami situé aux alentours de 4000€ à 5000€, oui mais comme cité plus haut, l’hébergement et les repas sont inclus.

Si vous faites une formation à Bali ou en Inde à ce prix, sachez que vous pouvez trouver des hébergements sur place pour mois de 350€ et que les repas par jour peuvent coûter un gros 10€.

Encore une fois je ne fustige pas ces programmes, mais de mon avis personnel ils s’adressent à des personnes ayant une certaine aisance financière souhaitant recevoir tout le confort possible pour assimiler un enseignement yogique qui justement devrait nous apprendre le détachement (aparigraha)…

En Inde il y a une tradition dans certaines écoles indiennes, qui consistent à faire payer les frais d’inscription par virement bancaire et le solde en cash, une fois arrivé sur place. Cependant soyez rassuré vous pouvez payer le solde dû dans la monnaie de votre choix que ce soit INR, USD ou € (alleluia).

Je ne peux que soulever la cohérence des principes que représentent Asteya (ne pas voler), Satya (l’honnêteté), Aparigraha (détachement matériel entre autre)…. si cela ne choque personne de savoir que les écoles tenues par des indiens, vivant en Inde, encaissent plus de 30.000€ cash par mois, alors je me tais.

Pour autant je ne dis pas qu’il faut enseigner gratuitement, car il faut bien vivre, mais je pense qu’il faut pouvoir le faire de manière équitable, si tant est que l’on puisse appliquer ce mot dans le monde du yoga actuel.

Ce que l’on apprend dans une formation

Il faut savoir avant tout que non vous ne serez pas professeur de Yoga, je sais je me répète inlassablement, ça peut décourager beaucoup de monde. Je pense qu’il est super important de comprendre que nous ne pratiquons que 1% de ce que représente le yoga, et quand bien même avec tout la bonne volonté que l’on peut y mettre, au mieux les élèves et enseignants enseignent et enseigneront des pratiques qui préparent à celle du Yoga.

Clairement en premier lieu, la formation portera sur la pratique et l’analyse des postures de yoga avant tout. Et c’est déjà beaucoup.

Il est évident que les cours de philosophie vous apporteront des lumières sur le mode de vie yogique, mais resteront à l’état de théorie, tant il est difficile de pouvoir les appliquer dans nos modes de vie occidentaux. Et c’est aussi très bien. Il faut commencer quelque part.

Certains y verront un appel et continueront d’apprendre tout au long de leur vie, d’autres resteront à l’état de pratique des asanas. Les deux sont parfaits. Il n’y a pas de mieux ou moins bien, cependant le point qu’il faut absolument comprendre, agréer et accepter est que non, la formation qu’elle que soit ne fera pas de vous, de nous, un professeur de yoga, ni un Yogi, ni un sanyasi, encore moins un gourou.

 

 

 
 
 
 
 
View this post on Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Ce que je sais: ✅ Samadhi restera pour moi une énigme. ✅ Je n’aurai jamais le contrôle du Kundalini. ✅ Malgré tous mes efforts mon 3ème oeil ne s’ouvrira pas. ✅ Mes bandhas resteront à l’état de pratique. ✅ Je ne visualiserai jamais mon prana. ✅ Comme la plupart d’entre nous, je resterai dans le 1% de la pratique du Yoga. ✅ Et ce même si un jour je maitrise parfaitement la 2ème série de l’Ashtanga Vinyasa Yoga… ✅ J’ai compris que le Yoga était bien plus grand que la capacité à faire Shirshasana en équilibre sur une noix de coco, même si je le fais en Sari sur une plage à Goa ou après la cérémonie sacrée du cacao dans les rizières de Ubud.😂 🤲 restons simple et humble. Recevons et cultivons.🙏🏼💖🙏🏼 #respecttonasana #yogaisbiggerthanlife #behonest 📸@mirtayogaphotography

A post shared by Stéphanie Viu-Kessler 🧘‍♀️ (@stephanie_viu_kessler) on

 

Sorcière, Chamane, Ouverture de Chakra, les câlins, danses extatique etc.

Encore une fois, avant de me jeter la pierre sur ce que je vais écrire (si toutefois vous êtes toujours à me lire car je me rends compte que cet article va être très long), je pense qu’il faut remettre les choses à leur place.

Le Yoga c’est le Yoga point.

Avoir des dons de cartomancière, être médium, rebouteux, avoir le chakra du coeur ouvert qui pousse les gens à s’auto congratuler en s’extasiant sur le fait que tout est merveilleux, que tout le monde est beau, que le monde a besoin de plus de tendresse, hurler sa joie avec une monté de Kundalini pendant une danse extatique etc. tout ça ne doit pas rentrer dans une formation dite de yoga. Si vous avez l’intention de lire les astres et de développer la faculté visuelle des auras de chacun, alors orientez-vous vers les sciences occultes, chamaniques mais avec des vrais professionnels.

Le jeux “yogics” durant lesquels on se retrouve le nez dans la farine pour aller chercher je ne sais quoi, le tout sur un chrono limité, sont pour moi parfaitement inutiles et ne représentent en rien un “break” dans une formation intensive. S’allonger par terre et poser sa tête sur le ventre de ses camarades pour partir dans des rires à gorge déployée, dans le but de s’unir à l’autre n’a pas non plus sa place.

Les exercices de développement personnel peuvent être certainement attrayants pour certains, ils laissent des souvenirs probablement mémorables pour les étudiants qui pour la première fois se retrouvent à l’autre bout du monde, avec des étrangers dans un cadre ravissant, mais pour autant cela n’a rien à voir avec une pratique de yoga. 

Il existe des vrais personnes qui organisent des vraies sessions sur le développement personnel, d’autres qui peuvent vous aider à nettoyer vos mémoires antérieures et ancestrales, toutes ces nouvelles tendances à la mode doivent être appliquées sous la supervision de vrais professionnels. 

Or dans une formation de Yoga, les enseignants n’ont pas forcément ce talent, n’ont pas forcément la connaissance et quand bien même, il y a tellement de choses à voir pour vous permettre d’enseigner ne serait-ce que des postures de yoga, que le temps ne me parait pas propice pour ce genre d’activités.

D’autant plus qu’enseigner ce genre de choses, peut sous entendre que vous donnez le droit à vos élèves pratiquants en devenir de faire la même chose lorsqu’ils enseigneront à leur tour. 

Je suis pour la simplicité et chaque jour quand je pars pratiquer avec mon professeur je comprends l’ampleur du chemin qu’il me reste à parcourir.

De ce fait je ne me permettrai pas de vendre du rêve. Mais c’est très personnel. Je ne suis pas dans le jugement mais dans une observation passive de ce que le yoga est en train de devenir.

Apprendre à choisir sa “playlist”…

C’est une question qui m’a été posée : “Allons-nous apprendre quel genre de musique on doit passer pendant nos cours ?”… pour ma part la réponse est non, car la pratique du yoga nous apprend entre autre le retrait des sens. Tout ce que nous faisons nous préparent à la méditation. La méditation arrive, ne s’apprend pas, par la capacité de ressentir les choses sans l’action de nos sens.

C’est-à-dire que l’on devrait pouvoir méditer dans une ruche par exemple sans sentir l’impact des piqûres d’abeilles. Ici on parlera alors d’un vrai état méditatif.

Sauf erreur de ma part, danser pendant une pratique de postures de yoga, participer à un cours de yoga danse ou yoga hip hop, c’est tout simplement participer à un cours de danse dans lequel on aura rajouté des postures de yoga. Pour autant non ce n’est pas du yoga, même si on peut ressentir un bienfait physique.

Les postures en Sanskrit, personne ne comprend…

Si personne ne comprend le sanskrit c’est peut être parce que le professeur en question n’enseigne pas avec ces termes.

Quand vous prenez un cours de danse classique au Japon ou en Arménie, un “jeté”, “contre temps”, “pointe”, “flex”, “arabesque”, “cabriole”, “saut 4ème”, “pas de bourrée” et autres termes français, seront les mêmes.

Les mots usuels en karaté seront “Yoi”, “Kamae”, “Hajime”, “Gedan”, “Chudan”, “Jodan”, “Bunkai”, “Kata”, “Dan”, le comptage sera “Ichi, ni, san, shi, go, ruku”.

C’est la même chose pour la pratique des asanas. C’est une discipline. Adho Mukha Svanasana sera le même que ce soit en Occident ou en Asie. Les postures ont une âme, souvent elles vous indiquent la direction que le corps doit prendre, alors pourquoi en dénaturer l’enseignement ?

La formation de yoga est le moment d’apprendre tous ces nouveaux termes, il faut prendre cette opportunité pour enrichir son vocabulaire ce qui amènera à une meilleure compréhension de la pratique.

Pranayamas, Drishtis, Bandhas

Dans l’ordre : contrôle de la respiration, point de focus, verrous.

Pour pouvoir comprendre, assimiler, visualiser ces trois points, il faut beaucoup de pratique. Et le moment où l’on apprend à combiner ces trois points sont souvent lors de la pratique des asanas, pendant et après.

Ils aident à entrer et sortir d’une posture, ils aident à se centrer sur soi en premier lieu. C’est plus important que de vouloir jouer une musique pour rendre la pratique plus digeste. La respiration et le mouvement sont la musique du corps.

Pour conclure

Je n’ai pas pour but de lister les bonnes ou mauvaises formations, car cela reste un point de vue personnel et certainement pas représentatif de ce qui se fait en ce moment.

Choisir une formation de yoga est extrêmement difficile car pour reprendre le terme que Camille a utilisé un jour, il y a pléthore de formations de nos jours.

A mon sens, une formation doit être simple, généreuse et guider les pratiquants vers l’essentiel. Il n’y a pas besoin de se grimer avec de jolis vêtements et des postures acrobatiques, ni même promettre le nirvana.

La mission d’une formation de yoga est de pouvoir rendre l’élève auto-suffisant et indépendant dans sa pratique.

Nous sommes en train de transformer et amener une pratique ancestrale de prime abord simple, en quelque chose d’ésotérique où la consommation de graines de chia est plus importante que le simple fait de pouvoir s’asseoir 10 minutes sans bouger à visualiser sa respiration.

Par l’introduction de postures compliquées pour un public qui n’est pas prêt à les recevoir, nous sous entendons que certains asanas sont dangereux pour l’être humain et que des connaissances médicales précises sont indispensables pour pouvoir soigner des pratiquants présentant des lombalgies, greffe osseuse. On sous entend aussi que le yoga peut soigner les dépressifs et peut être même ramener l’être aimé dans son antre….

C’est dommage, car la pratique du yoga vous dit de vous connaitre vous en premier et se concentre avant tout sur le pratiquant.

C’est un peu comme les consignes de l’avion, s’il part en vrille on vous conseille de mettre en premier lieu votre masque à oxygène avant de l’appliquer sur les autres.

Merci pour votre lecture, je sais que cet article est long, j’espère qu’il sera compris.

Namaste,