L’étymologie du mot dichotomie vient du grec, qui veut dire division en deux parties.

Dans le langage commun on l’utilisera pour expliquer la division d’un concept en deux autres concepts qui sont généralement contraires et qui recouvrent toute l’extension du premier (Larousse).

Ce mot je l’ai appris de ma meilleure amie Olivia, qui était férue de lettres et de littérature.

Au détour d’une conversation elle m’a sortie cette phrase “mais tu ne penses pas qu’il existe une certaine dichotomie entre ce que du dis et ce que tu fais ?”….. Olivia n’est plus parmi nous, elle est partie beaucoup trop tôt, et j’utilise souvent ce mot.

La Religion

Dans la religion on nous parle de “Dieu”, un être suprême au-dessus de tout et de tout le monde, pour lequel afin de gagner sa confiance des conditions seraient requises.…..

C’est Lui que nous invoquons lorsque nous sommes en grande difficulté, tout comme on peut invoquer sa gloire pour tel acte commis bon ou pas, Il est la clef de référence des dévots.

Lorsque la religion catholique (ou protestante, orthodoxe) était omniprésente dans nos vies, le Roi, la royauté, étaient considérés comme étant une descendance directe de “Dieu” après sa sainteté le Pape…. Rien ne pouvait être fait sans l’aval du Pape qui lui même est considéré comme étant le correspondant direct de Dieu, et sans doute la raison pour laquelle les églises croulent/croulaient sous l’opulence quand le peuple crevait de faim.

Donc à cette époque Dieu était tout.

Donc Il existait.

Or il est intéressant de remarquer que dès lors quelqu’un “entendait la parole du seigneur”, par exemple un matin vous vous réveillez et vous dites à votre femme ou mari “Dieu m’a parlé”… la réaction que suscitera cette phrase sera l’étonnement voir l’incompréhension.

Jeanne D’Arc en reste quand même une preuve flagrante. Elle a été mise au bûcher alors qu’elle s’est battue pour la France et qu’elle entendait des voix…..

Ici il y a dichotomie.

C’est-à-dire que l’on nous apprend qu’il existe une entité supérieure à nous, qu’on aura appelé Dieu et représenté comme étant masculin, blanc, blond, yeux bleus et beau évidemment, donc tout le monde y croit.

Mais dès lors que vous admettez avoir une relation avec lui, entendre sa voix, ou même le voir, non seulement personne ne vous croira mais vous passerez pour un fou.

Alors que depuis des siècles on nous a bassiné avec la Bible, les Saintes écritures, les écrits de la mer morte, le Saint-Suaire, le trésor des Templiers…

Si vous dites que vous avez été en contact avec Dieu, personne, absolument personne ne vous croira. Mais tout le monde aura un petit sourire amusé, ou un visage emprunt de compassion.

Car si Dieu existait vraiment tout en étant omniprésent dans nos vies, jamais on ne mettrait votre parole en doute. Et tout le monde irait de sa petite histoire “oui moi il m’a contacté hier et il m’a dit que l’herbe était plus verte ailleurs”. Ça ferait des discussion sympas autour de la table, car personne ne mettrait en doute vos propos.

Bon vous allez me dire mais pourquoi je vous parle de ça ?

Tout d’abord je voulais mettre l’emphase sur ce mot “dichotomie” que j’aime beaucoup, puis cette réflexion m’est venue après avoir vu un extrait de film qui justement commençait ainsi. L’homme se réveille et dit à sa femme “God talked to me”, et sa femme le regarde comme s’il était fou.

Mais sur un autre point de vue on peut aussi utiliser ce mot à toutes les sauces. Par exemple actuellement, nous sommes en confinement mais nous avons le droit de sortir pour aller faire des courses, faire du sport en plein air, aller se former dans une salle enfermée mais on n’a plus le droit d’aller acheter un repas à emporter au restaurateur du coin qui lui doit être fermé de chez fermé.

On a le droit de ne pas aller se faire vacciner, mais il y aurait un passeport à venir, avec un QR code qui permettrait de vérifier si oui non on a été vacciné. Tandis que ceux qui ne sont pas vaccinés auront les mêmes droits que les autres, sous la condition de se faire tester deux fois par semaine (c’est ce que l’Angleterre souhaite imposer).

On ne marche plus sur la tête car la tête on l’a complètement perdue.

En fait les gouvernements et dirigeants de chaque pays du monde entier ont complètement perdu la tête, ils ne savent plus quoi faire. Non seulement ils ont chopé le syndrome de la dichotomie mais en plus ils sont cacophoniques.

Il faut rester vigilant en ces temps troublés.

Ne tombons pas dans la démesure qui consiste à regarder ce que fait son voisin pour aller le dénoncer car peut être c’est quelque chose que vous auriez eu envie de faire, mais pas eu le courage de faire, et la rage vous étouffe. Vous avez remarqué que le mot courage contenait “rage”. A méditer….

De la dichotomie Yogique

Bien évidement je vais ramener ça à notre monde formidable du Yoga.

Il s’opère un virage à 80° avec lequel tout le monde est maintenant d’accord pour dire que le Yoga ce n’est pas que des postures compliquées, même si cela reste plus vendeur sur les réseaux sociaux.

Quand je parlais d’alignement ultime inexistant il y a quelques années, maintenant il est coutume de voir des posts qui “dénoncent” les absurdités de lever les bras MAIS de descendre les épaules en même temps, genou au-dessous, avant, ou en arrière des orteils, Utkatasana retrouve ses lettres de noblesse car non ce n’est pas une “chaise” comme l’habitude a été faite de la décrire et de l’expliquer. 

Avant si l’alignement parfait n’était pas appliqué, dès lors que l’on postait une photo avec un dos rond les remarques fusaient de partout.

Ce sont pour la plupart, les mêmes personnes qui prônaient les “do” and “don’t” avec des jolies croix rouges sur les photos jugées mauvaises et des stickers verts sur celles qui seraient les bonnes choses à faire, qui se fendent maintenant de posts comme si soudainement ils avaient découvert le Saint Graal.

Le Yoga c’est la connaissance de “soi”, on veut se reconnecter à notre monde, à la nature et pratiquer tous les jours mais dans des lieus paradisiaques, avec un lit confortable, un shala en bord de mer où le vent agite les jolis rideaux blancs durant le coucher de soleil que l’on vénère avant de prendre sa tisane sur des coussins voluptueux, entourés de pétales de fleurs….

Attention je ne critique pas, car moi-même si j’ai l’occasion de toucher le Paradis dans un superbe endroit pour dérouler mon tapis sur un sol propre au lieu d’un shala miteux perdu dans une banlieue de Mysore (j’ai fait les deux et plier son tapis après la pratique pour trouver des cafards morts collés derrière c’est pas super top), je peux vous assurer que je partirai vers la retraite luxueuse, si les finances suivent on s’entend.

Ce que je souhaite souligner c’est que ce que nous prônons comme étant le yoga dans sa forme épurée a été passablement outrepassée. Il y a donc une certaine dichotomie entre ce que nous pratiquons ou tout du moins croyons pratiquer et l’essence même de ce qu’est le yoga.

Quand Bikram Choudoukry a tenté de labelliser ou plus exactement il souhaite apposer un copyright sur sa séquence de yoga, il a tout simplement perdu son procès car les postures de yoga ne peuvent être attribuées à un “style” de yoga en particuliers, personne n’a inventé Tadasana ou Ustrasana, donc mettre des postures dans un certain ordre et les pratiquer sous certaines conditions ne faisaient pas partie d’une création originale personnelle.

A titre d’exemple les séries de Sivananda ou de l’Ashtanga Vinyasa Yoga restent accessibles à tous et personne n’ira en prison s’il les utilise dans leur enseignement.

Nous tentons de “sauver le yoga” en y imposant un certain nombres d’heures, de labellisation, d’accréditation, de prise en charge, de régulations mais jamais nous n’avons acquis les “droits” du yoga.

C’est un peu comme les terrains vagues en Inde où des bidonvilles s’y sont construits et pour lesquels les gens paient un loyer à des soit disant propriétaires, qui eux mêmes ne sont même pas détenteurs du terrain.

C’est un peu comme l’eau que l’homme n’a pas pu inventer, qui est un cadeau que la nature nous fait, mais que nous achetons et payons sous prétexte de son conditionnement en bouteilles.

La dichotomie c’est aussi parler de recyclage pour des déchets qui nous sommes imposés par les corporations elles mêmes qui clament que la terre meurt à cause de l’omniprésence du plastique.

Si l’on ne peut pas changer le monde dans son entièreté car il est en constante évolution, au moins tâchons de trouver le juste équilibre dans notre vie quotidienne, assumons nos choix, nos défaites tout comme nos réussites. Rappelons-nous que le “succès” quel qu’il soit est souvent éphémère. 

Au lieu de chercher la perfection et de courir après le gain trouvons la voie du milieu qui nous permette d’avancer sereinement.

” La voie du juste milieu n’est pas suivie. Les hommes intelligents vont au-delà, les ignorants restent en deçà. Les sages veulent trop faire, et l’homme de peu pas assez. C’est ainsi que tout homme boit et mange, et peu savent juger des saveurs. “

Confucius