Photo : Hatha Yoga Teacher Training Course, Paris August 2018

A Yoga Teacher Training Course is a new journey starting.

Wether you choose to attend a full month immersion or yoga course spread on several months, it will be just the beginning toward the understanding of the philosophy, the art of adjustments, learning how to teach and how to translate your practice to your futur students.

When I was practicing at Sarawasthi shala, I became the guinea pig of one new assistant. This assistant might have been practicing full primary and secondary series, however he has absolutely no clue on how to adjust. While I was in Supta Kurmasana, grabbing everything and feeling comfortable in my posture, this student had other plans for me. He wanted me to bring my legs behind my head.

However he did not have any notion on how to do it. Another more qualified assistant came to my mat and taught him. After 5 minutes in this uncomfortable pose, I asked them to stop. I was not here for being a study object but as a practitioner.

Even though I am not capable of doing the full secondary series, I know how to teach (not Ashtanga) and how to adjust. And where did I learn all of this? In a Yoga Teacher Training Course.

You have to start somewhere

Except those teachers, highly qualified and practitioners since the last 25 years or so, at one point of a yoga teacher path, you have to start somewhere. If your practice is well established, then there is no hurt of attending a yoga teacher training course.

Most of the teachers has start with it, there is no shame.

As for me, I attended 5 yoga teacher training courses, outside of my personal practice which is Ashtanga Yoga. I have learned from all of them, even from these who were not “that” good, there was something that I kept in my teaching.

One month yoga teacher training course versus several years

Infinite debate. I’ve done both and enjoyed the full month immersion. It is a very personal opinion. As a student I do believe that you improve faster during a full month intensive yoga course. If you are clever enough you will soon realised that it is just an apetizer and you will be hungry for more.

Since the Yoga Teacher training course is not promising to become “THE” best Yoga teacher, then I have no problem with it. During a full month of practice you will understand that the subject is bigger than life and hopefully will continue to practice and learn.

During a several year course, the level of asana practice is slightly uneven. As it is not an immersion some students practice on a regular basis during the gap of the next session, and some just don’t.

That is why the full immersion, is for me, the best recipe.

It all start from the asanas, then the asana will calm the mind, then the pranayama can take place and then we can start slowly going deeper into yoga.

Teaching a Yoga Teacher Training course

As a teacher there are many beautiful things happening.

The little “surprises” the “gem”. There are some students that you simply don’t hear during the full course, they are very calm and discreet. And when they start teaching, magic happens! That is one example amongst thousand of them. During a full immersion you can notice body, mind, practice changing. Practices are so intense, but in the respect of everyone capacity, that students start adjusting themselves while practicing. You can hear the breath flowing, movement connected, intention in the postures.

Whatever we can read or say about one month teacher training course, it can not hurt anyone. The level of practice is improving drastically, the level of understanding is evolving. The approach toward yoga becomes more holistic, the asana practice more organic.

Yoga is not only Asana practice

Of course, however we  can not deny that the direct door to Yoga is the asana practice. So whatever the reason someone is coming on the yoga mat, the importance is not what he/she will  be practicing, the main part is that this person is ON the mat to do something. Instead of claiming that no one is doing yoga but just asana practice, we should applause it, because at least they are not sitting on the couch eating chips and burgers….

Also for those claiming that yoga is not only asana, underlying that they know better, they should also know that the pranayama practiced after or before the asana practice, is just the technique on how to do pranayama but not the pranayama itself.

Pranayama is basically the stop of the breathing. What we are doing by practicing nadi shodana, bhastrika, brahmari and so on are just the preparation to the kumbakha.

To reach such level of yoga practice you need, as an individual, to live your life without any expectations, detach from anything, not in a capitalist world, not moving to much in order to save your prana toward Samadhi. Because the goal of the real yogi is Samadhi.

Therefore absolutely no one, living in the West (or even in the East) having friends, partying, drinking, eating, in a relationship, paying a loan, a rental, driving a car etc. is a “Yogi/ni”.

To become a Siddha (yogi) you should fix your Sadhya (objective), and your journey will be call “Sadhana” (Yogi with an objective toward is journey is a Sadakha). And how many people, how many teachers with who we are practicing are doing it? Few, little, probably none.

What we are doing currently, we are living our life adding a yogic flavour to it by practicing asana and pranyama. We can not practice meditation as meditation will come after following the 8 limbs (or the rule of Hatha Yoga), so better to stop judging anyone doing this or that, because basically we are all at the same level of practice.

Is reaching your toes in Paschimottanasana important to you, will it have any impact in your life. Maybe yes, because the day you will touch your toes in Paschimottanasana, you will be happy, therefore you will be spreading your happiness to anyone nearby.

When you can start touching people by your positive energy then the world you are living into is becoming better.

Only good things can happen when you are happy.

Flexible mind in a flexible body. As an individual it will be good for your, for your friends, your family and so on. That is enough ! No need to renounce anything if you are not ready, and no need to give a lesson to someone who is not doing “yoga” because since you are living in a house having internet and TV then you are not better than anyone.

Namaste!

Photo : Formation Hatha Yoga – Paris, Août 2018

Une formation de Yoga est bien souvent le début d’une aventure.

L’avantage des formations de yoga c’est que dans un temps condensé on visite le yoga, on effleure la partie philosophique, on apprend à pratiquer, à enseigner, à ajuster.

Dénigrer les formations de yoga est très à la mode, surtout de la part des personnes qui ont déjà une pratique, enseignent déjà et pour qui le chemin a été différent.

Un jour où je pratiquais à Mysore, avec Sarawasthi, j’ai été le cobaye d’un élève qui faisait sans aucun doute la première et deuxième série au complet car il était assistant, en revanche qui n’avait absolument aucune idée de comment ajuster un élève. J’étais dans Supta Kurmasana, confortablement installée dans ma posture en attrapant tout ce qu’il fallait attraper, mais cet assistant c’était mis en tête de me faire passer les pieds derrière ma nuque.

Premier essai infructueux, un autre assistant plus expérimenté est venu sur mon tapis pour lui montrer comment faire (sans me demander mon avis). Je me suis donc retrouvée dans Supta Kurmasana pendant au moins 5 bonnes minutes, durant lesquelles l’assistant débutant essayait de comprendre comment m’attraper les pieds pour les mettre derrière la tête. Au bout du troisième essai, j’ai clairement exprimé mon mécontentement.

Même si je ne fais pas la deuxième série au complet, j’ai au moins l’expérience de l’enseignement (je n’enseigne pas l’Ashtanga), et des ajustements. Et comment j’ai appris tout ça ? Dans mes différentes formations et stages suivis avec différents professeurs dont une semaine intensive de pratique et d’ajustements avec David Swenson.

Alors la polémique infinie des formations sur un mois versus celle des formations sur plusieurs années, les forums de yoga sur lesquels les gens “expérimentés” se déchainent en disant qu’avant le yoga n’était qu’enseigné que d’un prof à l’élève, ça va un moment. Tant qu’on ne promet pas aux élèves qu’ils deviendront des professeurs de yoga aguerris, une formation de yoga ne peut pas faire de mal pour tous les pratiquants sérieux.

Il faut bien commencer quelque part

Presque tous les professeurs de yoga ont commencé par suivre une formation de yoga. Il y a ceux qui n’en n’ont jamais suivies mais qui avaient une pratique sérieuse en amont et pour qui l’enseignement devient naturel.

Pour les autres, pour moi, une formation de yoga a été nécessaire pour commencer à imaginer de l’enseigner. En revanche j’ai mis deux ans après deux formations pour vraiment me lancer.

Formation sur un mois versus deux ans

Débat infini. J’ai fait les deux. J’ai préféré les immersions sur un mois. C’est très personnel. En tant qu’élève les formations intensives sont extrêmement exigeantes. On comprend très vite que l’on ne sait pas grand chose, que le corps est intimement lié à l’esprit, et surtout qu’une bonne préparation en amont est nécessaire.

L’avantage des immersions sur une courte durée est que les changements sont beaucoup plus rapides, on pratique tous les jours pendant quatre semaines, et l’on comprend l’ampleur de la tâche. On voit son corps qui change, prendre de la force et de la souplesse puis les perdre pour les retrouver.

On remarque que nos pensées et notre mental changent, évoluent, et l’on gagne une plus grande confiance en soi.

Des postures qui nous semblaient inaccessibles arrivent par surprise, d’autres que l’on croyait avoir n’étaient qu’un leurre.

Enseigner une Formation de Yoga

Mis à part le désir de partager et d’échanger, ce qui est somme toute primordial, il y a les “surprises”.

La “surprise” c’est par exemple l’élève que l’on n’entend pas, qui ne fait aucun bruit, ne pose aucune question, ne vient jamais pour se faire ajuster, ne s’impose pas, mais prend des notes, écoute tout ce que vous dites et qui le jour où il doit donner un cours de yoga à l’ensemble du groupe explose littéralement, prend sa place sur le tapis, emmène tout le monde dans une pratique précise et claire, guide à la voix. Des pépites.

L’autre belle surprise porte sur la pratique. Lorsque vous voyez les élèves s’auto ajuster, prendre le temps de se positionner, respirer pendant la posture, entrer et sortir de la posture ; voir la différence avec la première pratique de la première semaine versus la pratique de la troisième semaine.

On dira ce qu’on voudra sur les formations d’un mois, on ne peut pas nier que le niveau de pratique évolue drastiquement, beaucoup plus que sur une formation étalée sur plusieurs weekends où les participants ne pratiquent pas forcément tous les jours. Encore une fois quand je compare ma formation sur deux ans, les niveaux étaient très inégaux, alors que sur une formation de quatre semaines les corps changent, le souffle change, l’approche devient plus holistique, la pratique des postures de yoga devient plus organique.

Le Yoga ce n’est pas que la pratique des Asanas

C’est vrai. Et c’est fatigant de le lire partout sur les forums où les professeurs de yoga se tirent dans les pattes à tour de bras, pour juger telle ou telle formation, stage, immersion.

On a bien compris, en revanche dans 95% des cas la pratique des postures de yoga amènent à la pratique des Pranayamas que l’on visite tout d’abord. Sachant que le “vrai” pranayama est tout simplement l’arrêt de la respiration, tout ce que l’on fait en amont n’est qu’une préparation.

Une fois que le concept est assimilé, on comprendra alors que personne ne pratique vraiment le yoga.

Si l’on veut être un “yogi” ou “yogini” il faut vivre sans attache, sans possession matériel, mendier sa nourriture, économiser son prana par de la méditation profonde, véhicule officiel pour Samadhi.

De manière générale les “vrais” yogis, les vrais pratiquants de yoga, ne sont pas en ville, ne se trouvent ni à Paris, New York, Los Angeles, Taïwan, Sydney ou autre mais quelque part, dans un lieu où le capitalisme et les banques ne sont pas rois, entourés de personnes bienveillantes qui se chargent de les nourrir, les laver, les logent.

Le vrai yogi ne travaille pas car il suit son “Sadhana” qui est de se connaitre soi-même pour pouvoir comprendre le monde qui l’entoure, atteindre l’extase ultime, et s’il a l’âme de Buddha une fois Samadhi trouvé, il guidera de nouveaux disciples, ou bien il restera au stade de la félicité.

Ce que nous faisons “nous”, être humain, attaché à notre famille, à notre manteau d’hiver et nos belles bottes pour la pluie, notre jolie voiture et notre appartement douillet, avec nos factures à payer, prêt immobilier ou loyer, nos sorties entre potes et fêtes d’anniversaire, nous vivons notre vie en y ajoutant une saveur yogique, à savoir la pratique des postures qui de toute manière ne peut pas nous faire du mal, est-ce que toucher ses pieds en Paschimottanasana est important ? Fondamentalement non. Mais est-ce que ça me rend heureux si ça arrive ? Oui !

Alors autant se faire du bien et continuer à pratiquer.

Qu’est-ce qu’il peut arriver après?

Que des belles choses, la découverte d’une posture par l’activation de la respiration nous fait sans doute prendre conscience qu’il faut lâcher prise sur le tapis….. et peut être dans la vie aussi. Bravo! Un premier pas de franchi.

L’esprit s’assouplit et le corps aussi, ça ne peut nous faire que du bien, mais aussi à ceux qui nous entoure, une énergie apaisée et positive ne peut qu’amener la compréhension envers les autres.

Ensuite c’est l’effet papillon qui commence.

Il y avait une fois une affiche montrant deux dessins. La première une personne sur l’estrade qui hurle “qui veut du changement”, et la foule en masse de lever le bras. La deuxième image montrait la même chose mais cette fois ci la question était “qui veut changer?” et plus personne ne bougeait.

C’est exactement ça. On veut tous que ça change mais sommes-nous prêt à changer ?

Il y a de la place pour tout le monde.

Namaste!