Faire une posture de yoga, c’est simplement donner une forme à notre corps physique. C’est un chemin obligatoire pour la plupart d’entre nous, qui permet de préparer le corps et le mental à une pratique statique des pranayamas vers la méditation.

Pour autant nous ne pratiquons pas le “Yoga”.

Nous pratiquons simplement une posture.

Comment comprendre une posture de yoga ?

Simplement en la pratiquant.

Il faut arrêter de conceptualiser l’asana. Partir avec un corps parfaitement aligné pour entrer dans la pose est, à mon sens et cela n’engage que moi, une utopie.

C’est à la posture de s’adapter au corps et non l’inverse.

Le meilleur exemple que je peux donner est lorsque nous enfilons des gants.

Il existe des gants tous petits, qui dès que la main entre dedans, s’allongent automatiquement. Le gant prendra alors la forme de la main.

Pour entrer dans le gant il n’a pas été nécessaire de se tordre le poignet, ni de raccourcir les doigts et encore moins de forcer la main dans tous les sens.

Et pourtant la main épouse parfaitement le gant, car il s’adapte à la forme.

Qui n’a jamais dit en achetant des chaussures “elles se feront avec le temps” ? Si vous portez des chaussures en cuir, il est fort probable qu’au début le pied soit serré. C’est en marchant, en les utilisant de manière quotidienne que la chaussure épousera la forme du pied.

Le talon de la chaussure deviendra usé là où le poids du corps aura l’habitude d’aller.

Si vous faite du 39 vous aurez tendance à acheter des chaussures de cette taille.

De la même manière, si vous êtes débutant dans la pratique des postures de yoga, vous n’attaquerez pas des postures pour lesquelles le pied doit aller derrière la tête. C’est simplement une question de bon sens, le libre arbitre est toujours présent. Vous avez le choix.

Quel chakra est activé quand je fais telle ou telle posture ?

C’est une question que l’on entend souvent…… de la part des débutants ou pratiquants en devenir…

J’ai envie de demander : pourquoi ?

Quelle importance de savoir quel chakra vous activerez dans Trikonasana ? Est-ce que cela va changer votre opinion ou votre approche face à l’asana ? Que savez-vous VRAIMENT des chakras ? 

Et si on commençait en premier lieu par la respiration ?

Comment entrer dans la posture ?

Facile : en respirant !

Indice : tout ce qui s’allonge vers le haut sera fait sur une inspiration, tout ce qui descend sera fait dans une expiration. Comprendre déjà ce concept, et la moitié du chemin est fait.

L’inspiration se termine en même temps que le mouvement, c’est-à-dire, si à l’inspiration on vous demande d’allonger les bras au ciel, elle se terminera au moment où les bras, les deux en même temps, se rencontrerons.

L’expiration commencera dès lors que  la flexion avant s’engagera, et s’allongera de la même manière.

Allonger sa respiration est primordiale. Un mouvement ne doit pas se faire en apnée.

Est-ce que je dois activer Mula Bandha pendant Adho Mukha Svanasana….

Idem, que savez-vous des Bandhas ?

Bandhas veut dire verrou, ils sont “activés” par une rétention de souffle soit poumons pleins soit poumons vides. Cela se passe pendant une séance de pranayama, dans une posture au sol.

Or lorsque vous pratiquez un asana, vous devez respirer, il n’y a donc pas de rétention de souffle, dès lors il n’y a pas de Bandha….

Tout au plus vous activerez le périnée, mais vous n’activerez pas Mula Bandha.

Dois-je verrouiller mes genoux ?

Non, absolument pas. Il faut pouvoir garder des micro pliures aux articulations. 

Si tout le corps est verrouillé dans une posture, il sera extrêmement difficile de bouger dedans.

Lorsqu’une posture est tenue 5 ou 7 respirations, vous avez le temps d’allonger ce qui doit être allongé, sans pour autant pousser dans les articulations. Au lieu de fermer le corps, allonger le de l’intérieur vers l’extérieur, utiliser votre peau, visualiser là. Plutôt que de pousser un genou vers l’arrière pour garder une jambe droite, essayer d’étirer la peau du genou vers la cuisse.

Garder une approche organique de la posture. Notre corps physique est fait de chair, muscles, eau, utilisez les à bon escient.

Entrer calmement dans la posture

Ce n’est pas une compétition.

Garder une pratique relâchée mais pas fainéante.

Si votre bras est complètement tendu et que vous devez l’enrouler en-dessous du genou pour passer en Marichyasana A, il est fort à parier que jamais vous ne pourrez enrouler complètement. Parter avec un bras plié voir “mou”, en gardant une articulation souple.

Créer des oppositions, utiliser vos appuis sur le sol, établissez une structure corporelle.

Pour que les immeubles ne s’effondrent pas lors d’un tremblement de terre un système d’oscillation est mis en place. L’immeuble n’est donc pas “fixe” et peut bouger lors des grandes rafales de vent, ou de séisme ce qui évite un écroulement total.

C’est la même chose avec le corps.

Si la posture est abordée dans un but de perfection ultime, l’esprit ne pourra pas rester souple, il sera obnubilé par le fait de bien faire, voir trop bien faire. Ce qui aura pour résultat de mal faire.

Je ne suis pas souple du tout !

Vous avez donc plus de chance que les personnes qui présentent une hyper laxité.

Trop de souplesse va souvent de pair avec pas assez de force. D’où les blessures fréquentes. On va dans la posture parce que c’est facile, peu importe si les muscles suivent.

Un manque de souplesse vous oblige à travailler en relâchant les muscles qui bloquent le mouvement, en revanche le muscle reste présent.

La raison pour laquelle il est préférable de pratiquer le matin, est parce que le corps est plus raide. Il y a donc moins de risque de blessure.

Pour conclure

Entrer dans une posture de yoga est relativement simple. Il faut arrêter de se poser des questions qui n’ont pas lieu d’être.

Les Bandhas, les Chakras, Samadhi, tout ça viendra avec le temps.

Apprendre à respirer avant la posture, dans la posture, après la posture est la première chose à laquelle on doit penser et faire.

Rester simple.

Que ce soit dans la pratique ou dans son enseignement.

Donnez de vous même dans la pratique et dans votre enseignement.

Utiliser des mots simples, n’analyser pas la posture, ne faite pas une posture dans un espoir de quelque chose : “Si je fais cette posture est-ce qu’elle va ouvrir mes hanches ?”…

Toutes les postures de yoga assouplissent et ouvrent les hanches. Il est donc par définition inutile de terminer un cours par des étirements…… c’est un non sens.

Tout comme il n’est pas nécessaire de s’étirer avant de pratiquer, les salutations au soleil sont là pour ça. Elles travaillent les articulations en mobilisant la colonne vertébrale en flexion avant, flexion arrière, assouplissent les poignets, préparent les chevilles.

Ne forcez pas une posture, au lieu de s’acharner sur l’intérieur des cuisses dans l’espoir d’un grand écart qui fera joli sur la photo, commencez par vous occuper de la flexibilité de vos chevilles.

Toute posture a une base et un ancrage.

Dans 99% des cas la base physique sera vos pieds. La base pranique sera la respiration.

Très belle pratique à Vous!

Namaste,

Share This