2.46 Sthira Sukham Asanam

Sthira – Stable, ancré, Sukham – Confortable, en paix, joyeux – Asanam, posture

Il y a plusieurs traductions ou interprétations :

  • être établi dans une posture stable et confortable
  • être dans une posture ancrée et dans un espace heureux
  • l’asana doit être juste et confortable
  • être installé dans un espace heureux et une posture calme, stable et confortable

Pour résumer, la posture doit être stable, confortable et devrait permettre au pratiquant d’être dans un état de joie constant.

En revanche cet aphorisme qui arrive juste après avoir suivi à la lettre les règles de vie et de conduite que représentent les yamas et niyamas ne sous entend pas de pouvoir rester confortablement dans une posture telle que Visvamitrasana (en photo) ou Virabhadrasana III.

Cet aphorisme énuméré par Patanjali, ne sous entend pas que la pratique des postures de yoga, soit le cours de yoga d’un style flow, prana flow, Vinyasa, Ashtanga Vinyasa, Hatha, Jivamukti, Rocket Flow ou autre, soit confortable tout le long.

La pratique des postures de yoga en tant que tel, nous prépare à cet aphorisme et pas l’inverse.

Tout ce que nous faisons en amont, n’est qu’une préparation à l’accès de cet espace heureux et confortable, dans lequel nous serons installés de manière stable pour pratiquer la suite soit les exercices de respiration yogique qui eux nous préparent à la pratique des Pranayamas, soit l’arrêt de la respiration.

Pourquoi l’arrêt de la respiration ? Pour canaliser notre énergie pranique.

Comment canaliser notre énergie pranique ? Par la pratique des Bandhas (Verrous du corps).

Comment activer les Bandhas ? Par l’arrêt de la respiration soit la pratique des Kumbakhas (poumons pleins et ensuite poumons vides).

Pourquoi vouloir activer les Bandhas ? Pour faire circuler l’énergie pranique.

Pourquoi faire circuler l’énergie pranique ? Pour aller activer les chakras.

Pourquoi activer les chakras ? Pour les ouvrir.

Pourquoi les ouvrir ? Pour faire circuler la Kundalini.

Source : Kenton David Bell

Pourquoi faire circuler la Kundalini ? Pour la réalisation de soi.

C’est le but du yoga. L’auto réalisation de soi. Pouvoir être dans un état stable, constant, équanime, être tout, être partout et nulle part à la fois.

Pour le moment nous, en tant qu’être humain, vivant en Occident ou même en Asie, pratiquant des jolies postures de yoga, nous pliant dans tous les sens, en postant nos exploits sur Instagram, n’en sommes qu’au début et c’est déjà pas mal.

Si tant est que nous “devrions” citer Pantanjali dans nos cours, en tant que professeur de Yoga, il est important de comprendre ce que nous disons ou racontons à nos élèves.

Car cette posture stable ne peut s’acquérir que si elle est au sol et assise. 

La posture de méditation par excellence est une posture assise, que ce soit au sol ou sur une chaise.

Les postures debout ne sont que l’échauffement aux postures au sol.

Les postures au sol ne sont que la préparation à la posture de méditation.

Si l’on remonte un peu plus dans la pratique, les salutations au soleil ne sont que l’échauffement des postures debout.

Vous me suivez ? 😉

Pour autant pendant une pratique de postures de Yoga, il n’est pas recommandé d’être en souffrance tout le long, si une posture fait mal c’est ou bien que le corps n’est pas prêt à la recevoir, ou bien qu’elle est tout simplement trop avancée.

Un cours avancé n’est pas un cours acrobatique.

Une pratique avancée n’est pas faite simplement de postures sur les mains ou de flexions arrière.

Un pratiquant avancé n’est pas celui qui a le plus d’abonnés sur son compte Instagram avec les plus belles vidéos YouTube de la meilleure qualité, et le plus beau sourire, ou le dernier legging à la mode, ou la plus belle chanson. Le pratiquant avancé est la personne non pas qui se cache, mais que l’on n’entend pas, que l’on ne voit pas (ou rarement) et qui jamais ne se mettra en avant.

L’idée que nous avons du yoga est assez simpliste ou alors très compliquée.

Il y a des cours dans lesquels les professeurs parlent tout le temps, tout le long, corrigent tout et n’importe quoi, donnent des leçons de vie sur ce qu’il faudrait faire pour atteindre l’illumination quand eux ne l’ont même jamais effleurée.

Il y en a d’autres qui ne disent pas grand chose et laissent les élèves bouger et vibrer à leur propre rythme.

Il n’y a pas de mieux ou moins biens. Chacun doit pouvoir y trouver son compte.

Par contre, il serait intéressant de connaître l’ordre de ce que nous faisons et de vers quoi nous nous enlignons.

Non la posture confortable ne se trouvera pas pendant une pratique, car c’est elle qui nous y prépare.

Et la posture confortable est celle qui devrait nous amener vers la réalisation de soi.

Mais entre elle et la réalisation il y a des étapes qui prennent une vie entière, voir plusieurs vies.

Non je suis désolée, rares seront ceux qui auront une montée de Kundalini.

Rares seront ceux qui arriveront à activer, ouvrir les chakras.

On peut amener le sujet sur le tapis, mais de manière raisonnable et non pas sous couvert de promesses.

Pour autant continuons à pratiquer mais faisons le simplement.

Namaste!