Cela peut se résumer en trois mots : Controverse, mépris et arrogance.

J’ai commencé à écrire en 2004, mon premier blog s’appelait “Ostelinia” et ne racontait pas grand chose en soi. J’avais créé une histoire en ligne, je donnais les premières phrases et je demandais aux gens de la compléter. C’était plus par plaisir, mais en soi je n’avais rien à dire ni à partager.

En 2007 j’en ai ouvert un autre, Pilates Montmartre, qui couvrait toutes les informations sur la pratique du Pilates et sur son enseignement.

Puis en 2013 j’ai commencé celui de Samyak Yoga France qui s’est transformé en site web. C’était l’époque où ma vie allait changer drastiquement.

Dans ce blog je parlais de ma vie en Inde, de mon ressenti. Le premier commentaire désagréable que j’ai reçu était celui concernant l’article que j’avais écrit sur les “Vaches Sacrées en Inde”, dans lequel je mettais le mot “sacré” entre guillemets tant j’étais choquée de voir des vaches en liberté, abandonnées, mangeant du plastique, attachées à des poteaux en pleine ville à côté du petit commerçant qui vendait du chaï.

Un jour où je me rendais au Loyal World, j’avais repéré une vache qui se mourrait tranquillement sur le trottoir.

J’allais donc la nourrir tous les jours et de rage je me suis mise à pleurer quand j’ai vu les Indiens se moquer de moi, rire autour de nous, alors que je lui donnais des pommes. J’avais donc écrit cet article où j’expliquais ma colère et mon incompréhension face à cette culture qui sur le papier vénérait la vache, mais dans la réalité, abandonnait les veaux en pleine rue et délaissait les vaches si elles ne pouvaient plus tomber enceintes.

J’avais reçu un commentaire mémorable qui m’insultait en me demandant pour qui je me prenais car j’insultais les Indiens…. alors que non je n’insultais personne, je faisais un parallèle entre le fait que l’Inde est l’un des premiers exportateurs mondiaux de bovins et sa culture de vénération envers les vaches….. quelque chose n’allait pas dans le bon sens à mon humble avis.

Une autre fois, je publiais un post sur le compte Instagram de Samyak Yoga France, somme toute assez anodin que je mets en copie. Je ne compte pas effacer le nom des personnes qui ont commenté, non pas pour les malmener, mais pour la simple et bonne raison qu’elles ont commenté sur internet ET publié leur commentaire.

Suite à ce post qui à mon sens, me paraissait sans danger, j’ai reçu ce genre de commentaire :

J’avais donc perdu un follower. Damned!

Quand j’ai quitté Samyak, j’ai continué d’écrire. Non pas pour créer des polémiques, mais il me semblait que très peu de blogs parlait vraiment de Yoga, mis à part Laurence Gay pour qui je vénère un profond respect, Yoga Nova qui est tout simplement le top en terme de référence de blog français sur le yoga et bien évidemment 3h48 minutes qui reste l’un de mes préférés.

En tout cas j’apprécie de parler librement et raconter mon expérience, mes impressions, de pouvoir mettre à jour des dérives sur certains sujets comme le Yoga business ou les Gourous.

Quand j’ai écrit l’article sur l’argent et le Yoga voici le commentaire que j’ai reçu :

 

L’article sur les “Dix commandements d’une pratique” a suscité ce genre de remarque :

A laquelle j’ai répondu par un retour d’article, car je le trouvais un peu limite quand même, mais commentaire que je n’ai pas publié car irrelevant.

L’article sur “Ca vous a plu” a reçu ce genre de retour :

Que je n’ai toujours pas compris, mais qui m’a vraiment fait rire.

Une autre réponse face à cet article, visiblement sujet à polémique :

J’ai publié tous ses commentaires 🙂 oui je suis comme ça, dans le partage !

En revanche cette personne, qui visiblement a passé du temps à lire mes articles en s’arrachant les cheveux, à continuer de commenter sur l’article “Je ne suis pas #”:

Et puis après mûre réflexion elle en ajouté un autre :

Donc là on est d’accord, j’ai perdu une personne qui potentiellement était à la recherche d’une formation de yoga.

Alors que faire lorsque vous recevez ce genre de commentaires ?

Personnellement je leurs réponds, tout le temps.

Pour “Kitsu” je me suis permise de lui envoyer l’article que j’avais écrit sur les formations de l’amour, Le Yoga pour les gens beaux, et celui avec lequel je répondais à notre ami Gérard qui me trouvait sexy.

Je ne réponds pas par arrogance, ni par provocation, simplement, contrairement à ce qu’ils pensent j’aime échanger, que ce soit pour le bon ou pour le mauvais. Jamais je n’essaie de les faire changer d’avis, car fondamentalement ça ne changera rien au fait que je continuerai d’écrire, que cela plaise ou non.

Ce qui m’impressionne le plus c’est l’interprétation des mots.

Lorsque vous écrivez vous pensez exprimer quelque chose que tout le monde va comprendre, de la façon dont vous l’avez comprise. Alors que non pas du tout. Il est vrai que je n’ai pas de ligne éditoriale, je n’ai pas fait d’étude en journalisme, je tape donc sans doute des phrase qui n’ont aucun sens.

L’article sur “Ca vous a plu”, s’adressait en particuliers aux nouveaux professeurs de yoga. Je sentais bien qu’il était sujet à polémique, car pendant la formation à Paris j’avais commencé à en toucher un mot et le débat partait en vrille, je l’avais donc arrêté.

Avoir une opinion et vouloir la partager peut, avec le recul, être dangereux. Vos mots, peuvent être reçus de manière violente, alors qu’ils ont été écrits sans aucune haine.

En revanche les commentaires sont eux rédigés par des personnes affichant un niveau de frustration proche du maximum. Je ne sais pas si c’est la force que l’on trouve lorsque l’on est derrière un écran qui rend l’argument plus violent, ou si cela représente simplement un certain défoulement qui pour une courte durée leur est bénéfique.

Alors il est vrai, je l’ai très bien compris, que commercialement parlant tenir un blog dans lequel on parle librement peut être tout autant bénéfique que néfaste.

Il sera bénéfique si l’on continue d’aller dans le sens du poil. Quand je parle des Formations de Yoga de l’Amour où tout le monde se prend dans les bras et danse autour d’une cérémonie de Cacao vénérant le féminin sacré, c’est clair que je risque de perdre des élèves, pour qui c’est important.

Quand j’explique que l’ajustement universel n’existe pas, que l’anatomie du Yoga ne sert pas à grand chose dès lors qu’on ne fait pas de la yoga thérapie, il est évident que je ne vais pas dans le sens des formations qui promettent aux élèves l’apprentissage intégrale des ajustements PARFAITS de toutes les postures du Yoga.

Encore moins celui de pouvoir donner un cours à une personne présentant un genu valgum au niveau des genoux. Car pour pouvoir enseigner dans un cadre thérapeutique, à des personnes qui présentent de vraies pathologies ou de vrais problèmes, une formation de 200 Heures ne fera pas le travail. Il faut à tout prix se diriger vers une formation où l’anatomie est enseignée 4 heures par jour, par des professionnels ! Ce qui n’est pas mon cas, je ne suis pas une professionnelle de la santé, je suis une pratiquante d’Ashtanga Vinyasa Yoga.

Effectivement si on lit les articles en surface, sans en comprendre la substance, ça peut porter à polémique. Mais là rien qu’avec cette phrase je tends le bâton pour me faire battre, car elle pourrait être interprétée de la façon suivante “elle sous entend que nous ne sommes pas assez intelligent pour comprendre ce qu’elle écrit”…

Tout est une question d’interprétation.

Pour ma part je ne compte pas changer grand chose au droit de parole que donne un blog.

Je continuerai de répondre aux commentaires bons ou mauvais, tout comme je continuerai de publier.

Namaste,