Titre pompeux, article à prendre au second degré, ou pas.

Commandement numéro 1 – Propre tu Seras

Si vous pratiquez tôt le matin, il est important voir essentiel de vous doucher AVANT la pratique.

Le gommage du corps est essentiel et permet une meilleure sudation. On ne fait jamais “trop” de gommage contrairement à l’idée reçue. 

Personnellement je gomme et j’exfolie mon corps tous les jours de l’année. J’utilise soit un gant de crin, soit une pâte gommante déjà prête ou bien je la prépare.

Préparation : Gros sucre (que vous pouvez changer avec du gros sel, mais il est préférable de ne pas utiliser le sel tous les jours) à mélanger avec un petit peu d’huile de coco, de sésame ou d’amande douce, une touche de curcurma et/ou de cannelle. Commencer le gommage par les pieds, puis remonter jusqu’au visage (ou pas).

Par soucis d’écologie et surtout de bon sens, arrêter de faire couler l’eau de la douche pendant la procédure.

On n’exfolie pas seulement le corps, mais on le masse par des mouvements circulaires.

Cela permettra de réveiller vos muscles en douceur et vous réveillera à tous les coups.

Votre voisin de pratique et votre professeur vous remercieront.

La sueur ne sent rien, elle sent mauvais lorsque la personne n’est pas propre, ou a consommé de l’alcool la veille, ou encore si elle est carnassière.

La consommation de certaines épices comme l’ail, peut aussi favoriser la mauvaise odeur mais elle ne sera que passagère.

Commandement numéro 2 – Des vêtements propres tu porteras

Cela peut sembler une évidence pour nombre d’entre nous, alors que pour d’autre non.

Le teeshirt et le legging de la veille, même si on a transpiré que trois gouttes sont à proscrire.

De la même manière on change des sous vêtements tous les jours, on changera ses vêtements de yoga quotidiennement.

Commandement numéro 3 – Des sous-vêtements tu porteras

Par pitié oui.

Que l’on soit homme ou femme, porter une culotte ou un slip. 

Je vous assure que l’on voit tout de derrière. 

S’il fait chaud, que vous êtes une femme et que vous avez l’habitude de porter des shorts pour votre pratique, il y a des choses qu’en tant que pratiquant, collègue ou prof on n’a pas forcément envie de voir et que l’on ne doit pas voir pendant les pratiques.

Même si vous êtes épilée au poil près, il n’y a rien de plus déroutant et dégoûtant de voir les parties intimes exposées entre les coutures pendant Adho Mukha Svanasana.

Idem pour les hommes, les shorts c’est bien, mais ne tiennent pas votre “petit paquet”….. et dans certaines positions comme Virabhadrasana II par exemple, il peut y avoir tentative d’évasion. Merci de nous épargner ce spectacle !

Les leggins moulants, sont moulants par définition et dans 95% des cas transparents…….. alors s’il-vous-plait, le port de la culotte devrait être quasi obligatoire.

En tant que professeur, je n’hésite plus à en parler aux étudiants dès que je vois que ça cloche quelque part, confortabilité ou pas.

En tant que pratiquante il m’est arrivée plusieurs fois, et ce pas plus tard que ce matin, de me retrouver face à des parties génitales, autres que les miennes, et franchement ce n’était pas le meilleur jour de ma vie…..

Commandement numéro 4 – Humble tu resteras

Si vous pratiquez le style Mysore de manière traditionnelle, et que le professeur vous dit “la pratique s’arrête là, passer à la closing series”, l’idée étant de ne pas discuter.

Sinon il vaut mieux pratiquer chez vous et faire ce que bon vous semble.

L’humilité c’est aussi ne pas se prendre pour le meilleur pratiquant du monde, en faisant des postures de malade juste pour montrer que vous savez les faire. 

Autre cas, vous êtes professeur de yoga et vous venez suivre un cours de yoga d’un autre professeur de yoga : éviter de corriger les élèves qui sont autour de vous et de discuter avec eux.

Ce n’est pas votre cours, ce ne sont pas vos élèves, vous avez décidé de venir en tant qu’élève alors devenez élève.

Commandement numéro 5 – La quinconce tu apprendras

Si le shala est complet, qu’entre les tapis de yoga il se trouve à peine deux centimètres d’écart, il est fort appréciable de se rendre compte de ce qui se passe autour de vous.

Pendant certaines postures, si tout le monde se met sur la même ligne, forcément ça va pas le faire…. c’est une question de bon sens…

Quand vous êtes trop proche de votre voisin de pratique, il est évident qu’il faut réajuster la pratique, il faut alors éviter d’ouvrir les bras sur les côtés….. on peut les allonger devant par exemple.

Vous avez envie de faire des jump back et jump front à tout va, soit.

Merci de prendre en considération la personne qui se trouve devant ET derrière. 

Respecter la limite de votre tapis et n’allez pas envahir les autres parce que vous avez besoin de plus d’espace.

Tout le monde a besoin de plus d’espace, mais on peut aussi se créer un espace harmonieux sur 60 cm x 180 cm.

Cela s’appelle le savoir vivre….

Commandement numéro 6 – Chaturanga Dandasana tu respecteras

Chaturanga Dandasana n’est pas “seulement” une posture de transition, il faut y rester au moins une bonne respiration complète avant de passer en Urdhva Mukha Svanasana. 

Sinon comment construire et renforcer les bras, les épaules etc. ?

Par ailleurs Urdhva Mukha Svanasana n’est pas non plus juste une posture de transition, il faut apprécier le backbend qu’elle propose.

Allonger les respirations, prendre le temps de découvrir ce qui s’y passe.

Cela aura un impact considérable sur l’ensemble de la pratique.

Commandement numéro 7 – Les équilibres sur les mains pour chaque Vinyasa tu éviteras

Cela s’applique pour les pratiquants de l’Ashtanga Vinyasa Yoga.

Je suis désolée de casser le mythe de “Oh l’Ashtanga Vinyasa Yoga c’est un yoga acrobatique”…. vous dire que ça m’agace un peu d’entendre ce genre de chose lorsque les gens parlent de cette pratique….

Je vous défie de faire un équilibre sur les mains avant Chaturanga Dandasana pendant une classe guidée, ou même Mysore, sous l’oeil de Sharath.

Pour le coup votre ego en prendra pour son grade!

Le seul moment où l’équilibre est nécessaire se trouve pendant la transition après Utkatasana et après la série des guerriers.

Le reste on y va cool.

Ensuite la deuxième série c’est une autre histoire. Mais de manière générale les handstands ne sont pas du tout nécessaire pendant la pratique.

Alors on freine nos ardeurs…

Commandement numéro 8 – La douleur tu rencontreras, apprivoiseras

Cela concerne les pratiquants réguliers.

Il y aura de la douleur durant chaque pratique, c’est une évidence, un fait avéré.

Pour autant ce n’est pas dramatique.

Si à chaque douleur on devrait s’abstenir de pratiquer, autant vous dire que les shalas seraient vides de tous pratiquants.

La pratique va ouvrir, puis fermer des endroits du corps et ce de manière quotidienne. Chaque pratique sera différente.

Cela ne veut pas dire qu’il faut avoir mal tout le temps.

A un moment donné non seulement votre corps changera mais le degré de conscience aussi.

Vous avez mal aux poignets, donc vous décidez d’arrêter de faire tout ce qui est sur les mains. Au lieu de penser ainsi, chercher comment corriger vos appuis.

Entrer dans votre pratique, ressentez la posture, analyser, essayer des nouvelles choses. Mais la douleur n’est pas un handicap à la pratique.

Mark Robberds a diffusé une vidéo d’une jeune surfeuse qui a perdu un bras pendant une attaque de requin.

Et bien elle fait toute la première série de l’Ashtanga Vinyasa Yoga…. A méditer…

Commandement numéro 9 – Ton corps tu accepteras

Au début de l’apprentissage, le corps prendra du muscle et par définition grossira…. puis maigrira…… puis grossira…… puis maigrira…..

Tout le monde passe par là. C’est normal.

A un moment donné le tout s’équilibrera, mais que vous soyez âgé de 20 ans ou de 50 ans, tout le long de votre chemin yogique le corps s’adaptera à ce que vous lui proposerez.

Il est donc inutile de s’affamer ou de faire une consommation excessive de protéines.

De la même manière, la pratique s’imprimera dans vos cellules, vous saurez exactement quoi manger et quand manger.

Au fur et à mesure de votre expérience, par vous même vous appliquerez le système des “micro diètes”, c’est-à-dire qu’à partir d’une certaine heure vous ne mangerez plus rien pendant les 12 à 14 prochaines heures.

Cela viendra naturellement.

Garder une pratique régulière est déjà un défi en soi, alors il est mieux d’éviter de s’imposer tout en même temps.

Chaque chose doit prendre sa place en son temps.

Commandement numéro 10 – A 100% de tes capacités tu ne SERAS PAS

Vous ne pouvez pas pratiquer en mode “warrior” tous les jours.

C’est inutile et ça ne sert à rien.

Il faut pouvoir garder une pratique que j’appelle “fainéante mais pas brouillon”.

En anglais on dit : Keep a lazy but not a sloppy practice.

Il faut garder de l’espace dans le corps, même si vous sentez que vous pouvez aller plus loin dans une torsion, n’allez pas au bout. Gardez-vous une marge de manoeuvre.

Les postures se gardent de manière générale entre 5 et 7 respirations voir 12 respirations pour le Hatha Yoga.

Si dans une pratique Hatha Yoga vous êtes déjà à fond dans la posture et que le comptage n’est qu’à “1”, je peux vous assurer que vous allez regretter d’avoir mis toute votre énergie dans l’asana.

Bouger par, avec et au-travers de votre respiration.

Dans la vie de tous les jours, en-dehors du tapis de yoga, est-ce que vous prenez des inspirations et expirations forcées, complètes ?

Est-ce que vous videz complètement vos poumons à chaque expiration dès lors que vous marchez ou que vous courez ?

Non.

Parce que si c’était le cas, vous seriez dans l’incapacité de bouger plus, votre corps serait complètement drainé.

C’est exactement la même chose sur un tapis de yoga.

Il est donc inutile de respirer bruyamment pendant votre pratique.

Même si le professeur vous chante “Ujjayi”, ça ne veut pas dire que vous devez forcer votre gorge à faire le plus de bruit possible qu’un marteau piqueur.

La personne qui se trouve au fond du shala n’a pas besoin d’entendre votre respiration alors que vous vous trouvez devant.

En revanche, il est tout à fait normal d’entendre celle de votre voisin de tapis et la votre, proximité oblige.

***

Un très bel été à Vous et surtout de très belles pratiques !

Namaste!