Certaines postures de yoga peuvent rebuter bon nombre de débutants. En particuliers les flexions arrière.

C’est pourtant ce que l’on voit en premier sur les réseaux sociaux, ex aequo avec les inversions.

Si l’on est un grand débutant et que l’on souhaite se mettre à la pratique ça peut effectivement faire peur. Dans la vie de tous les jours nous n’avons tellement pas l’habitude de nous plier dans l’autre sens que parfois, juste en regardant la photo, ça donne mal au dos.

Et pourtant les flexions arrière sont salvatrices pour la colonne vertébrale, on aura plus de chance de se faire mal au dos dans les flexions avant, qui sont pourtant très (trop) répétées dans les cours de yoga.

Il faudrait pouvoir trouver un équilibre entre les deux.

 

Pourquoi avons-nous peur dans les flexions arrière?

 

De manière anatomique notre corps a été conçu pour aller de l’avant. Ce qui résume assez bien la vie….

Si nous avions été fait pour reculer alors nos yeux seraient derrière notre tête. La partie postérieure du corps est celle avec laquelle nous avons le moins de contact. Même lorsque nous sommes assis, notre corps penche vers l’avant, les épaules s’avancent, le haut du corps se voute.

Pour pallier à ces “problèmes” et pour nous permettre de “tenir plus ou moins droit” le système nerveux va alors envoyer des informations de compensation qui nous amèneront à des pronations et des cyphoses.

Tout ce que nous faisons est géré par notre unité centrale qu’est notre système nerveux, c’est lui qui dirige les opérations avec les informations que nous lui donnons.

Plus nous nous confortons dans une position inconfortable plus cette posture va devenir “normale”.

Au lieu de nous ouvrir, nous nous refermons.

Ce qui correspond aussi à notre manière de voir la vie, d’envisager le futur, la manière de communication avec les autres, avons-nous un esprit ouvert ou fermé, sommes nous capables de changement ?

Une mauvaise posture n’aura d’incidence pas seulement sur le squelette mais sur le corps et le mental en général.

Si l’avant du corps se rétrécit, se ferme, la digestion va devenir plus difficile. La respiration sera plus courte.

Ce qui aura pour effet de nous créer d’autres maux, comme le mal inévitable dans le bas du dos, aux épaules, un souffle court, de la constipation et peut être un état d’esprit plutôt négatif que positif.

Tout ça à cause d’une posture…. c’est quand même hallucinant quand on y pense.

 

Comment appréhender les postures?

 

Il faut une  bonne préparation en amont avant de commencer à se tordre dans tous les sens.

La brique peut être utile.

On la place alors sous le sacrum, la photo ci-dessous montre la posture avancée il est préférable au début de garder les genoux pliés, pieds au sol si c’est la première fois.

Setu Bandhasana variation avec la brique

Setu Bandhasana variation avec la brique

Le but ici n’est pas de casser la colonne, mais d’ouvrir le devant du corps, il ne sert à rien de partir dans des flexions arrière de folie si le devant du corps est crispé, c’est un travail qui doit se faire lentement avec la respiration.

Les effets sont pour la plupart du temps immédiat. Il n’est pas rare de voir les élèves pleurer, ce sont des émotions très fortes qui sortent pendant le travail d’ouverture du corps.

Ustrasana – Variation pour débutant

Une flexion arrière n’est rien d’autre que l’ouverture de la partie face de notre corps. On étire les quadriceps (les cuisses), puis les hanches, puis le ventre, puis les épaules.

Les épaules ont un rôle important dans les postures en arrière car sans ouverture d’épaules ni d’ouverture thoracique la flexion ne se fera alors que dans le bas du dos, ce qui n’est pas du tout le but recherché.

Avant de partir dans des flexions arrière plus poussées, il est important et primordial de pouvoir relâcher le devant du corps, renforcer les muscles arrière des jambes, renforcer les muscles du dos, assouplir les épaules.

Par nos épaules nous “portons notre monde“, par notre dos “nous subissons notre monde“, on entend souvent cette expressions ‘j’en ai plein le dos”, et quand on l’imagine dans notre tête on voit alors un corps en soumission avec le dos rond et la tête rentrée.

Notre posture est le témoin de nos émotions, le reflet de notre mental.

Nous pouvons guérir la plupart de nos maux.

De la même manière, pour avancer dans la vie, dans nos projets souvent on est obligés d’aller au-devant de nos craintes.

Si vous ne vous sentez pas en confiance dans les flexions arrière, au lieu d’épuiser la partie physique de votre corps, creuser dans votre mental, qu’est-ce qui vous empêche d’avancer?

Namaste !