Photo : Krishnamacharya (il avait 83 ans à l’époque où cette photo a été prise).

Plus d’information, visiter le site : Krishnamacharya’s Mysore Yoga…. Home

Janu – Genou

Shirsha – Tête

Asana – Posture

Famille : Posture au sol, flexion avant, ouverture de hanches.

Peut se faire à tous les niveaux, débutant, intermédiaire, confirmé.

A ma connaissance il n’en existe que trois.

Janu Shirshasana A (en photo de l’article), B où l’on prend place sur le talon, C pour laquelle les orteils sont crochetés.

Janu Shirshasana C

Janu Shirshasana C

Parivritta Janu Shirshasana est faite avec une torsion.

Parivritta Janu Shirshasana

Parivritta Janu Shirshasana

Rien de très compliqué dans cette posture, et je pense que c’est la raison pour laquelle, il arrive parfois de voir les élèves se laisser aller, et n’y donner aucune intention.

Le Dos

Janu Shirshasana A, B et C sont des flexions avant.

En revanche il y a une légère rotation du torse.

Faire la posture

a) A partir de Dandasana, replier la jambe droite et ramener le talon droit vers le pubis.

b) Presser le pied droit contre l’intérieur de la cuisse gauche, et le talon droit contre les organes génitaux. Note : au fur et à mesure des pratiques, et de l’ouverture de hanche, le pied sera complètement vers le pubis (sous le pubis) et les orteils toucheront alors l’intérieur de la cuisse. C’est à ce moment là, quand la cheville aura la flexibilité nécessaire pour tourner la voute plantaire vers le plafond, que l’on commencera à pratiquer Mula Bandha (avec rétention) par la pression du talon.

c) Allonger le torse en avant.

d) allonger le torse à partir du haut (cervicales, thoraciques), et pas forcément à partir de la colonne lombaire, créer de l’espace entre la cage thoracique et le bassin.

Si le torse s’allonge en avant, il faut qu’il aille vers la jambe gauche tendue au sol.

De ce fait on ne descend pas la colonne droite comme un piquet, mais on effectue une légère rotation vers la gauche.

Le genou droit, plié au sol, presse contre le sol, pour ça il faut faire une “translation” au niveau du bassin en descendant l’ischion droit contre le sol.

En fait l’ischion droit au sol va même “presser” contre le sol pour ancrer le bassin dans le sol.

Le genou ne touche pas le sol

Si le genou ne touche pas le sol on peut soit :

a) utiliser une brique et s’asseoir dessus pour ramener le genou plus bas que la hanche. Eviter l’hyper extension de la jambe tendue au sol au moment d’allonger le torse vers l’avant.

b) utiliser une brique pour la poser sous le genou afin de lui donner un support.

Dans ce cas, ça ne sert à rien d’allonger le torse en avant, c’est une posture qui travaille en premier lieu les ouvertures de hanches. Pas la flexion avant.

Si le genou est trop haut, et bloqué par la brique qui le soutient, le fait d’allonger le torse en avant va aller à contre courant de la posture initiale.

De l’intention DANS le mouvement

Une posture de yoga, quelqu’elle soit, n’est bénéfique que dès lors on y met une intention. Il faut faire “vivre” la posture, organiquement parlant.

Si les appuis ne sont pas stables, la posture ancrée, l’allongement engagé, rien ne se passera.

Ca ne veut pas dire forcer, mais pouvoir “méditer dans la posture” et sentir ce que l’on peut bouger, peut être de manière différente, mobiliser le minimum pour un résultat maximum.

Ne jamais donner 100% de sa pratique.

Garder 30% en marge de manoeuvre.

Garder une pratique fainéante, mais pas brouillon.

Namaste,

Share This