L’épaule est pour le bras l’équivalent de la hanche. Si l’on regarde sa constitution elle est formée d’une omoplate dans laquelle s’insère l’humérus, suivi du radius jusqu’au pouce et du cubitus (ulna), côté petit doigt de la main.

protéger ses épaules en yoga

Si l’on fait un parallèle avec la hanche, on retrouve le bassin dans lequel s’insère l’humérus, suivi du tibia (vers le pouce) et le péroné ou fibula (vers le petit orteil).

les épaules en yoga

Au milieu se trouve l’articulation que sont le coude pour le bras et le genou pour la jambe.

D’un point de vue symbolique les épaules représentent l’action, le fait de passer outre et de s’exprimer sans contrainte.

Lorsque notre corps est en position de replis ou de peur, les épaules montent, le dos s’arrondit.

Il est intéressant de remarquer que  d’un point de vue « yogique », la ceinture scapulaire est connectée au chakra de la gorge soit Vishuddha. Soit la parole.

Lors de période de stress, de non-dit, répression de nos émotions, ce sont les épaules qui « prendront ».

Ce qui aura un impact considérable sur la structure du squelette dans sa globalité.

Les blessures aux épaules lors d’une pratique de Yoga

Je ne connais pas un pratiquant qui n’a pas souffert au moins une fois dans sa vie de douleurs récurrentes aux épaules, surtout lors de la pratique des Chaturanga Dandasana.

Si vous faites une recherche avec Google Gourou sur « comment bien faire Chaturanga Dandasana », vous remarquerez que l’emphase sera pour la plupart du temps portée sur le positionnement des épaules. Et avec raison.

Krishnamachayra

La transition de Urdhva Uttanasa à Chaturanga Dandasana, se fait en sautant.

Dernièrement pendant mes pratiques, j’y ai passé beaucoup de temps, et changé mon approche. Au lieu de sauter vers le haut et d’arriver en mode planche de manière verticale, j’ai commencé à sauter en pensant à une ligne horizontale.

Et tout a changé.

L’approche de Chaturanga Dandasana devrait pouvoir se faire sur un plan horizontale,  en créant une opposition entre les coudes qui tirent vers l’arrière et le torse qui s’allonge vers l’avant. L’allongement se faisant du sommet du crâne, aux cervicales, les omoplates descendant le long de la colonne vertébrale par l’action des coudes que l’on tire vers l’arrière.

De même combien de pratiquants montent les épaules vers les oreilles lors de Padanghustasana, Padahastasana ou la série des Prasaritta Padotanasana ?

Pratiquer avec les épaules montées constamment vers les oreilles est la porte d’entrée aux blessures.

Même lors de torsion, il est important de baisser ou glisser les omoplates vers le bas.

Toutes nos actions se font en opposition.

Si les omoplates descendent le long de la colonne vertébrale, alors cela laisse le champ libre au haut du corps pour s’allonger à partir du sommet du crâne.

Très belle pratique à Vous !

Namaste

Share This