Dans le verbe “donner” on y trouve une racine “don”.

Un don s’offre.

Le mot “don”, vient du latin donum qui veut dire cadeau, offrande.

Je trouve ça toujours intéressant de remonter à l’origine d’un mot. On utilise des mots, dans des phrases, sans trop savoir ce que l’on dit parfois, juste parce qu’on a l’habitude de les entendre, et on en perd toute la subtilité.

Donner un cours de yoga (ou tout autre activité)

Si l’on considère la nature du verbe, on offre une séance de yoga. Ce n’est pas tant la “gratuité” que je souhaiterai souligner, mais plus le côté général du don, qui se fait avec le coeur. On partage nos connaissances de manière altruiste ou non, mais certainement sans ego.

De la même manière, l’élève qui recevra le cours, le fera en gardant un esprit ouvert, sans juger la personne en face, sans comparer ses connaissances déjà acquises. On reçoit un nouvel enseignement qui devrait pouvoir nourrir des nouvelles connaissances.

Le professeur ne doit rien attendre en retour. Il transmet ce qu’il connait et ne devrait pas s’aventurer sur des chemins glissants en parlant de ce qu’il ne connait pas.

Quant à l’élève, dans la limite où personne ne l’a forcé à prendre le cours, il enregistre ce qu’il souhaite et rejette ce qu’il ne l’intéresse pas.

Un système de séduction ne devrait pas venir s’interposer entre l’élève et le professeur. Le professeur ne doit pas combler des attentes au risque de vouloir trop plaire.

Ce qui est certain, le professeur donnera un petit de lui à chaque nouvel élève.

Ce qu’il aura donné, il devra pouvoir s’en détacher et ne pas attendre le feu d’artifice à la fin du cours ou les applaudissements à tout rompre. Il n’est pas là pour briller mais pour faire briller ses élèves.

Se donner

On peut se donner du mal, se donner à fond, se donner la peine, donner avec regret, donner à penser, donner corps et âme, etc.

Toutes les actions qui accompagnent ce verbe sont fortes.

On se donne du mal lorsque l’on rencontre des difficultés, pour s’échiner à les résoudre.

On se donne à fond quand on est passionné par quelque chose.

On se donne la peine en allant au-dessus de ce qu’on le pensait pouvoir faire.

On (se) donne avec regret, quand on n’a pas d’autre choix.

On donne à penser quand on veut suggérer quelque chose, dans le but de convaincre quelqu’un.

On se donne corps et âme, quand de manière inconditionnelle on est prêt à s’investir pour quelque chose.

Dans tous les cas on perd une partie de nous….. mais cette infime partie se retrouve chez les autres.

Donner sans attente

Ne pas avoir d’attente est la chose la plus simple et en même temps la plus difficile à faire.

Si je donne 10€ à un sans abri, est-ce que je vais en parler autour de moi ? Est-ce qu’il doit me dire merci ?

Si je donne un cadeau à quelqu’un doit il forcément l’aimer ? A-t-il le droit de le refuser s’il ne l’aime pas ?

Si je donne toute mon énergie dans un projet, et qu’au dernier moment j’en suis évincée, ai-je le droit de mal le prendre ?

Si je me donne complètement à quelqu’un, a-t-il le droit de ne pas m’aimer comme moi je l’aime ?

Faisons-nous les choses vraiment pour ce qu’elles sont ou bien attendons-nous quelque chose en retour ?

L’être humain est tel que son esprit est occupé par toutes ses pensées, notre tête, nos yeux, nos oreilles, notre corps, sont envahies de bonnes et mauvaises émotions. Il faudrait pouvoir s’en détacher.

Les pratiques holistiques peuvent aider.

Mais la première chose à faire est de se poser des questions, comprendre nos réactions imprégnées par nos émotions.

Savoir prendre du recul, même si le monde va vite.

Namaste,

Share This