It took me two years to complete the Primary Series.

As many of us my first obstacle was Marichyasana D. On January 2016 I started practicing at the BNS Iyengar Shala in Mysore under the guidance of Ramesh Shetty. At that time I was not able to do Parshvakonasana B properly, I used to cheat by lifiting my back heel from the floor, therefore I did not realise that I was not making any favor to myself as the more I was practicing this “variation” the less I was hopening my hip the way it was supposed to be. Ramesh Shetty has been the first teacher who tried, actually insisted (or forced me) to do it correctly. I thought it would not be possible for me as my knee was painful. I had knee surgery when I was in my teenage and my meniscus has been completely removed from my left knee. On my right knee my patella is moving, therefore I was 200% sure at that time that practicing the variation was a “Must” for me. But Ramesh had other plans for me and then each morning he was adjusted me, each morning I was practicing it against my will… and one day I was able to twist without cheating and without any pain…..

It was my first hint…. what if the Ashtanga Yoga was healing my body after all…. ?

On April 2016 I went to Purple Yoga Valley in Goa to practice with John Scott. I signed for the 4 weeks full intensive pratice. At that time and “because of my knees” problem I was not practicing Marichyasana D completely but doing the variation. I was happy with it, still I was practicing the full series, so why bother with this asana? There is a variation, I can do it, I’m happy and the teacher is happy, so everything is fine !

John Scott does not stop during the practice, he let you do whatever you want. He was also teaching the Full Vinyasa sequence, instead of doing half vinyasa for the sitting postures we were doing the full vinyasa so back to Tadasana each time. It was great, I really loved it, it was so good for my stamina, I really enjoyed it. No one really bothered me with Marichyasana D so everything was perfect.

I then applied at KPJAYI to practice with Sarawasthi from June to the end of July. I started the practice at the shala and David Roche was also there. When Marichyasana D came during the practice David asked me why I was doing the variation, I told him that I had a knee surgery and could not bind at all, he agreed as well Sarawasthi did not bother me with Marichyasana D. I thought after all the Primary Series is not that bad, I can still practice with variation.

Then I took the decision to enter in the big Yogic Chamber and applied for Sharat from November to end of December. And actually this is where it all really started.

The first class was a led class and Sharat did stop my practice at Marichyasana D.

And there I was with some others students, sitting on my mat and watching everyone else practicing while my body was getting colder of not moving. When Urdhva Dhanurasana came Sharat asked everyone to prepare…. I was surprised…. It has been 20 minutes or so that we are not moving at all and now we are all expected to do back bends? What a funny things to do…. Anyway I followed the flow and it was the worst Urdhva Dhanurasana I ever done.

The next day was Mysore Style. I have been adjusted in Marichyasana D. I remember it was a blond lady who did it, I really loved her adjustment, she sit on my mat, then put her legs on my folding knee and make me twist so easily that I was surprised. I could not bind on the right side but was able to bind on the left side. Still my practice was stopped there and I was required to go in the changing room to complete the closing series.

I was fortunate enough to receive that same adjustment with her for almost the first week. On the second week Sharat came to my mat and adjusted me, it was a very soft and gentle adjustment. In the middle of the third week I was only in need of adjustment for the right side but could manage the left side without any pain. At the end of the third week I was doing Marichyasana D on my own…. to my big surprise! Without any pain in the knee and even I used to stay more than 5 breaths to really allow my body to save this new information. When it happens Sharat was sitting on his chair, he looked at me and said “You see, you should learn it from the Source… then he said “Navasana”.

My second obstacle came with Supta Kurmasana. And this is where my practice stopped for the next 6 months. I was not able to bind, Sharat did adjust me a couple of time and then one day after my practice when I was showing him respect before leaving the Shala he asked me if I grabbed today in Supta Kurmasana, I told him no and he said “after the practice you should not walk, your thighs are too big that is why you can not bind in Supta Kurmasana…..”  I was not very happy about it.

Beginning of 2017 I took the decision to travel for 7 months only for my practice.

My first stop was Ubud. I was following Iain Grysak blog for the last 2 years and when I met him in Mysore on November 2016 I took it as a sign, I had to practice with him. As Joy will say, one of Iain’s student “Iain is a Man of few words”.

For the full month of practice he stopped me at Supta Kurmasana, I was completely down, I thought that’s it, that the end of my practice. The first day he watched me struggling in the asana, the next day he adjusted me and I was able to bind and hold for about 2 secondes….

On the next week he did not adjust me, I used to see his feet toward my mat but he was not helping me, on the contrary he told me “You are giving up”…. I was pissed off…. because then I started watching others practictioners and could not understand why some of them could not bind and still were “allowed” to practice the full series and why some of them could not even do Marichyasana D and stil he was not stopping them! Basically I was telling my teacher “These Students are not good enough because they can not catch and you are not even notice it”??? Of course I did not express it loudly but I was litterally boiling from the inside.

Realising what I was thinking I came back to my accommodation and cried, I was completely down. In the same day I started developing fever and ear pain, went to the doctor and he told me I had an ear infection. On the top of it I was getting sick! One of the student told me “It is funny that you are having an ear infection as Supta Kurmasana is the withdrawing of the sense”…… I was stunned… was it really related?

Related or not this full month with Iain Grysak completely changed my approach toward the Ashtanga Yoga Practice. I was not applying Ahimsa or Santosha, I had to rethink my practice from scratch. I left Ubud for Thailand and Sweden and then came  back 2 times to practice the same year with Iain Grysak. The day I did Supta Kurmasana on my own I was in Sweden, I sent him a message to let him know. After it Iain let me practice the full series under his guidance.

Ashtanga Yoga practice taught me that my obstacles are “personal”, they are not real.

This is why I am hooked to it.

This is why I am unfolding my Yoga mat every morning.

Namaste

Cela m’a pris deux ans pour compléter la Première Série de l’Ashtanga Yoga.

Comme beaucoup de nouveaux pratiquants mon premier vrai obstacle a été Marichyasana D. En Janvier 2016 j’ai commencé à pratiquer sérieusement l’Ashtanga Yoga au Shala de BNS Iyengar sous la supervision de Ramesh Shetty. Je ne pouvais pas encore faire Parshvakonasana sans la variation, c’est-à-dire que je ne pouvais pas garder mon pied arrrière au sol alors je faisais une variation en amenant mon pied arrière sur la pointe des pieds en soulevant le talon, du coup j’avais ma hanche qui était alignée avec le sol. Sans le savoir je ne travaillais pas correctement l’ouverture de hanche qui était nécessaire pour cet asana, la position de la jambe arrière étant primordiale.

Ramesh Shetty a été le premier professeur à vouloir me corriger cette posture. Pour moi cela n’avait aucun sens, j’ai été opérée du genou quand j’étais adolescente et on m’a retiré le ménisque du genou gauche, quant au genou droit ma rotule n’est pas stable et légèrement descendue…. Du coup je ne comprenais pas pourquoi il ne me laissait pas faire la variation car physiquement et physiologiquement parlant la posture finale était inacessible pour moi.

Finalement j’ai fini par céder, un matin il a vraiment insisté pour que je fasse la posture correctement et m’a ajustée…. j’étais contre et je ne comprenais pas qu’il ne puisse pas comprendre… mais j’ai décidé de m’y plier et j’ai laissé faire. Bien évidement ma torsion était pitoyable et je ne pouvais plus descendre la main au sol mais j’ai continué….. et en mois d’un mois j’ai pu faire cette posture…. sans aucune douleur.

Ce fut mon premier “indice”… et si l’Ashtanga pouvait soigner mon corps après tout?

En Avril 2016 je partais à Purple Yoga Valley à Goa pour pratiquer avec John Scott. Je m’engageais pour 4 semaines intensives de pratique. Je ne pratiquais toujours pas Marichyasana D à cause des mes genoux mais je maitrisais parfaitement la variation. J’étais très satisfaite de moi et épanouie dans ma pratique. John Scott ne m’a pas obligée à faire la posture sans variation, et je pouvais pratiquer normalement toute la série. On pratiquait la série avec les Vinyasas complets et j’adorais ça, j’avais l’impression d’être Super Woman et je ne comprenais pas tout le buzz qu’on faisait autour de l’Ashtanga car la pratique n’était pas si difficile que ça au finale.

Du coup portée par mes “exploits” je me suis décidée à m’inscrire au Shala de KPJAYI pour pratiquer avec Sarawasthi pendant deux mois. David Laroche était sur place et quand il m’a vu faire la variation de Marichyasana D et il m’a demandé pourquoi, je lui ai expliqué mon opération et nous avons convenu que c’était mieux pour moi de faire la variation, Sarawasthi n’a rien dit non plus et m’a laissé pratiquer la série complètement m’autorisant au passage de faire les back bends, avant Urdhva Dhanursana on se met debout et de là on descend en Dhanurasana puis on remonte. J’étais contente de pouvoir explorer cette partie de la pratique même si au fond de moi je savais que je n’étais pas prête pour ça….

C’est donc tout naturellement que j’ai décidé d’appliquer à nouveau Shala pour pratiquer cette fois ci avec Sharat Jois. J’ai été acceptée pour deux mois de Novembre à fin Décembre. Et c’est à ce moment là que toute ma pratique et mon approche ont changé.

Le premier cours était une classe guidée et Sharat m’a directement arrêtée à Marichyasana D. Nous étions quelques un dans le même cas. Quand c’est comme ça on se retrouve assis sur son tapis de yoga à regarder les autres pratiquants faire leur série pendant que notre corps se refroidit. Pas le meilleur moment pour une introspection positive. Après 20 ou 25 minutes avant de faire les backbends Sharat invite tout le monde à se préparer pour Urdhva Dhanursana… et là je me dis vraiment? Maintenant que mon corps est froid je dois faire un back bend sans préparation au préalable? Ca me semblait (et encore maintenant) absolument idiot…..

N’ayant pas super le choix j’ai suivi la foule et j’ai fait le pire Urdhva Dhanursana de toute mon existence, j’ai détesté.

Le lendemain les cours Mysore commençaient. J’ai été ajustée pour Marichyasana D par une assistante blonde très gentille, son ajustement était super, fluide et j’étais surprise de voir que je pouvais effectivement tourner et attraper  mes mains sans aucune douleur du tout au genou…. Elle m’a ajustée pendant toute la première semaine. Ma pratique s’arrêtait toujours là mais je sentais bien que je progressais.

La deuxième semaine Sharat est venu m’ajuster, son ajustement était parfait. J’avais besoin d’aide pour le  côté droit mais je pouvais presque attraper facilement du côté gauche. A la fin de la troisième semaine je passais Marichyasana D ! Je n’en revenais pas moi-même, j’avais envie de rire tellement j’étais étonnée. Sharat était sur sa chaise, il m’a regardé et a dit “Il faut tout le temps apprendre à la Source. Navasana”. Je pouvais enfin avancer dans ma pratique. Quand est arrivé Supta Kurmasana des nouveaux problèmes sont arrivés, ma pratique s’arrêtait dorénavant là.

Et ma pratique s’est arrêtée là pendant au mois 6 mois. Je n’arrivais pas à attraper, parfois je recevais des ajustements qui me faisait tenir mes mains au moins 2 secondes mais c’était à peu près tout. Sharat est venu m’ajuster deux fois mais rien n’y faisait ça ne passait pas. Un jour où j’avais terminé ma pratique, je traversai le shala et lui disait au revoir Sharat me demande “Est-ce que tu attrapes en Supta Kurmasana? Moi: Non. Sharat: Tu ne devrais pas marcher après la pratique, repose toi, la marche donne des grosses cuisses et tes cuisses sont trop grosses pour passer Supta Kurmasana”….. j’étais sciée…. il a dit ça devant tout le monde et en plus pendant qu’il faisait faire un drop back à un étudiant. Je me suis dit “je rêve ou il vient de me dire que je suis trop grosse pour cet asana??”…. Je n’étais pas super heureuse….

Au début de l’année 2017 je décidai de me prendre 7 mois juste pour ma pratique. Mon premier arrêt a été Ubud. J’avais rencontré Iain Grysak en Novembre avant l’une des conférences de Sharat et comme je lisais son blog depuis presque 3 ans je me suis dis que c’était un signe, je devais pratiquer avec Iain Grysak. Comme le dit si joliment Joy, une de ses étudiants “Iain est un homme de peu de mots”… et c’est vrai!

Pendant tout le mois de ma pratique il m’a arrêté à Supta Kurmasana, j’étais complètment déçue, je pensais ça y est, c’est terminé, quoique je fasse je ne pourrai pas aller plus loin, j’ai atteinds les limites de mon corps physique. Le premier jour de pratique il a regardé ma pratique sans m’ajuster, le deuxième jour il est venu m’ajuster, j’ai pu attraper mes doigts pour un gros 2 secondes….

Pendant la deuxième semaine il ne m’a ajustée du tout, je voyais ses pieds sur le bout de mon tapis mais il ne m’aidait pas. Il m’a dit un jour “Tu es en train d’abandonner”….. j’étais super en colère…… et du coup j’ai fait ce que tout le monde fait quand la frustration pointe son nez, je me suis mise à me comparer avec les autres pratiquants et j’ai remarqué que certains d’entre eux faisait toute la série alors qu’il n’était pas capable de faire Marichyasana D correctement et qu’il n’attrapait pas du tout dans Supta Kurmasana et qu’ils étaient à mon sens beaucoup trop raide pour cette pratique !!!

Je me suis mise à juger Iain Grysak, j’avais envie de lui dire “mais pourquoi MOI tu m’arrêtes alors que les autres sont plus nuls que moi???”…. en gros j’avais envie de lui dire que ses étudiants n’étaient pas de bons pratiquants et que lui ne le remarquait même pas !!! Bien évidemment je gardais ces pensées pour moi mais je bouillais intérieurement.

Quand je suis retournée à mon hébergement j’ai pleuré longtemps car je réalisais que je n’avais pas du tout des pensées pures et surtout j’étais bigrement loin des Ahimsa et Santosha…. je ne savais même pas que je pouvais avoir ce genre de pensée dans un tel contexte !

Dans la journée j’ai développé de la fièvre et j’ai eu très mal aux oreilles, en allant chez le docteur il s’est avéré que j’avais une infection aux oreilles……. l’un des étudiants qui étaient avec moi à la guest house à Ubud m’a alors dit “c’est bizarre que tu aies attrapé une infection aux oreilles quand Supta Kurmasana est une posture qui appelle au retrait des sens”….. j’étais sidérée….. est-ce que tout était connecté?

Je ne sais pas si tout cela avait un lien mais cette pratique avec Iain Grysak a complètement changé mon approche du yoga dans sa globalité. Je n’étais pas la personne que je croyais être, en fait je ne savais pas vraiment qui j’étais. J’ai quitté Ubud pour la Suède et la Thaïlande et c’est en Suède que le miracle a pris place. Je pouvais enfin faire Supta Kurmasana toute seule, sans aide. Quand c’est arrivé j’ai envoyé un email à Iain Grysak et je suis retournée pratiquer avec lui deux fois jusqu’en juillet 2017.

La pratique quotidienne de l’Ashtanga Yoga m’a appris que mes obstacles n’étaient pas réels mais personnels.

C’est l’une des raisons pour laquelle je continue.

C’est la raison essentielle qui me porte à dérouler mon tapis tous les matins.

Namaste