Superman est un yogi.

En fait c’est le Yogi par excellence.

Lorsque l’on regarde les “lois” universelles du yoga ainsi que les conditions pour y parvenir on remarquera que le Yoga tente à nous faire développer des pouvoir dignes d’un film de Marvel.

Les pranayamas sont l’arrêt de la respiration. De ce fait un bon yogi qui se respecte ne respire plus car il s’auto gère en contrôlant son prana qui le nourrit.

Le Yogi n’a plus besoin de manger. Même s’il est végétalien aux graines de chia dans un bol en bois avec une cuillère en bambou… oui je sais c’est triste…

Le Yogi n’est jamais perturbé par ces sens, pourtant décuplés. On m’a dit qu’un méditant pouvait entendre marcher une fourmi à 500 mètres de là (mais non ça ne le dérange pas).

Le Yogi est en introspection méditative constante. S’il arrive à un degré proche du coma il peut alors faire monter le serpent qui sommeille en lui, en activant ou désactivant les verrous de son corps pour ouvrir le passage le long de Sushumna…

Le Yogi ne regarde pas, il contemple, il voit au-delà. Il n’a plus besoin de ses yeux, il a un troisième oeil. Dixit la Kundalini….

Le Yogi n’est pas dérangé par des changements de température. Il n’a pas besoin de vêtements pour se tenir au chaud. Dixit Samadhi….

Il peut aussi voler, la lévitation n’a aucun secret pour lui. Dixit Tapas…

En gros en pratiquant le Yoga l’être humain n’a qu’un seul souhait et ce n’est pas la paix dans le monde. Dixit moi…

Il veut devenir surhumain. Oui oui…

Quitter le cycle animal dans lequel nous évoluons soit la naissance, la vie, la mort. Il est au-dessus de tout ça.

Le Yoga est donc un outil pour nous rendre performant, en aiguisant nos sens de telle manière que nous ne sommes plus influencés par eux pour prendre des décisions. J’avoue avoir envie de connaitre un jour, avant mon trépas, l’état d’équanimité total…. j’y travaille.

Superman a certes des supers pouvoirs qui font de lui un invincible (Kryptonite à part), il reste cependant encore fragile. Il a un peu de mal à gérer ses émotions. Loïs est son point faible.

Le Yogi Moderne – Soit “nous”.

Le yogi moderne lui doit faire face à plusieurs problèmes ou dilemnes.

S’il pratique trop de postures de yoga, il n’est pas vraiment yogi car le yoga ne se trouverait pas dans la capacité à tenir sur une main. C’est dommage. Mais ça arrange beaucoup les personnes qui sont incapables de contrôler ce genre de mouvements. Peace.

Du coup seuls ceux qui connaissent les Vedas Rigveda, Yajurveda, Samaveda, Atharvaveda. Qui savent que chacun d’entre eux sont répartis sur plusieurs niveaux tels que Samhitas (Mantras), Aranyakas (sacrifices et rituels de cérémonie), Brahmanas (interprétations et commentaires desdits rituels) et finalement les Upanishads (textes sur la méditation, la philosophie etc) puis pour finir les Vedantas.

Ceux là, les initiés, ont droit de parole sur tout et “savent” ce qu’est le yoga, le vrai, l’ultime. Personnellement quitte à choisir, je préfère encore celui qui fait des équilibres sur les mains, car ma foi il reste plus ouvert sur la discussion élitiste de “moi je sais que le yoga c’est blabla”….

Puis viennent les lignées de yoga, que l’on peut différencier par le style de pratique de postures de yoga (asanas). On parlera alors de l’Ashtanga Vinyasa Yoga, Hatha Yoga, Iyengar, Viniyoga ou autres.

Plus facile à suivre je vous le concède, on parlera alors de Maître Indien avec qui on a pratiqué et qui respecte telle ou telle tradition. Donc ici on retombe un peu dans l’élitisme du yoga, il faut croire que personne ne trouve la paix.

Chacun à leur tour se gaussera de l’ignorance de l’autre en mettant en avant son savoir, ou tout simplement en se mettant en avant point.

MAIS ne pas oublier la gentrification du Yoga. 

Du studio chic parisien où tous les professeurs seront sélectionnés certes selon leur pratique (gymnastique), mais surtout en fonction de leur quote de popularité sur Instagram. Très important. Voir vital.

Les influenceuses qui dès lors sont capables de faire un grand écart ou un eka pada raja kapotasana sont par définition professeurs de yoga, dans des beaux leggings à 100€ avec le smoothie qui va bien sous régime végétalien, au bord de la mer ou à Bali c’est mieux, cérémonie chamanique de cacao et ouverture de chakras assurée, c’est tout bon.

Je m’égare.

Tout le monde s’accorde à dire que c’est du vent, et pour autant elles auront plus de succès que le petit yogi à lunettes, ou sans d’ailleurs, étudiant la philosophie des Vedantas (les quoi???…. c’est de Patanjali?).

Ah oui Patanjali, la rock star du Yoga. De nos jours, pour montrer que vous savez quelque chose vous n’avez qu’à sortir le premier sutra et c’est dans la poche.

C’est une marque déposée, pour faire du yoga il faut être dans une position confortable et ne plus se laisser importuner par les méchantes perturbations de l’esprit (ou dans le désordre peu importe, ça passe).

Au moins Superman lui il sait qui il est. Et à bien y regarder il a les mêmes “pouvoirs” que les yogis, de plus il fait tout sans attente. Donc méditons un peu le cas Superman.

Un type normal à la base qui bosse dans un journal et qui enfile son collant bleu, cape au vent, pour sauver l’humanité, sans rien demander en retour. Lui il veut justement faire la paix dans le monde et se marier avec Loïs. 

Tandis que le Yogi, il se cherche. Il se cherche tellement qu’il pense s’être trouvé dès lors qu’il est “reconnu” par Yoga Alliance, ouf on est sauvé, mon programme est mieux que le tien car j’ai le logo “RYS – YACEP”. Inspire expire, tout est sous contrôle.

Le yogi moderne est comme ce texte.

Il part dans tous les sens. Un joyeux melting pot de tout ce qui nous entoure, entre la farce et la plaisanterie se trouve simplement le plaisir de dérouler un tapis de yoga et de commencer une pratique en levant la patte ou pas, en posant les genoux ou pas, en se brisant le dos dans des backbends de folie ou en faisant la crêpe dans une flexion avant.

Au final le yogi n’est pas plus avancé car il se juge constamment. Un petit peu de ci, pour très peu ça et beaucoup de choses en même temps.

Si vous êtes professeur vous avez tous un petit peu de tout ça et tout le temps vous serez jugé sur votre capacité physique (mais notez que plus vous avancez en âge plus on vous pardonnera le manque de flexibilité), sur votre capacité intellectuelle philosophique (noter que plus vous avancez en âge plus vous devrez être au taquet sur les écritures védiques, histoire de compensation peut être).

Comment terminer cet article reflétant un joli bordel de mes pensées qui se bousculent et arrivent dans le désordre ?

Allez j’ose : “coeur avec les doigts”….